Accueil / Actualités / Politique : L’opposition tient aux concertations nationales

Politique : L’opposition tient aux concertations nationales

Des partis politiques de l’opposition malienne ont marché le 1er octobre à Bamako pour rejeter la nouvelle loi électorale, demander le retour d’ATT et la tenue de concertations nationales.

 Les manifestants, évalués à près de 100 000 personnes par les organisateurs et à moins de 2000 selon la police, ont marché de la place de la Liberté à la Bourse du travail en passant par le monument de l’Indépendance.

Ils ont dénoncé la gestion des affaires publiques par le gouvernement et la loi électorale, et réclamé la tenue de concertations nationales pour la bonne marche du processus de paix, l’accès de l’opposition à la télévision publique.

Le chef de file de l’opposition, l’honorable député Soumaïla Cissé, a été très critique avec le gouvernement. “Depuis trois ans, on piétine (au Mali). On a oublié que Kidal (dans le Nord du pays) fait partie du Mali. Ça ne va pas au nord du Mali et au centre du Mali. Le Mali a un gouvernement qui tâtonne. On ne sait pas où on va”, a-t-il affirmé pour justifier la demande de l’opposition de tenir des concertations nationales.

“Comment peut-on gérer un pays si on oublie l’opposition”, s’est interrogé M. Cissé avant de réitérer son désaccord avec la loi électorale adoptée en septembre dernier par l’Assemblée nationale.

Pour lui, cette loi “essaie d’exclure des candidats, d’éloigner les femmes des postes de responsabilité” et “ne fait pas confiance aux jeunes”.

Voir aussi

Présidentielle-2018 : L’URD en ordre de bataille dans le cercle de San

Share this on WhatsApp  La dynamique citoyenne continue autour de la candidature de l’honorable Soumaïla …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *