Accueil Faits-divers Fatou Diallo «J’achète souvent ‘bobaraba émergent’ . crème que j’applique sur mes...

Fatou Diallo «J’achète souvent ‘bobaraba émergent’ . crème que j’applique sur mes seins, fesses , hanches et …

1031
1
PARTAGER

Au marché Grand Yoff, la foire des produits qui font grossir les fesses et les poitrines des femmes bat son plein. Les femmes s’arrachent «Bobaraba», «victago», «dynawell sirop», «magamaba» pour ferrer leur mec.
Marché «monument» de Grand Yoff, l’ambiance est au beau fixe. Sous le chaud soleil, marchands et clients se faufilent entre les étals garnis de toutes sortes de produits pour rendre «belle» une femme. «Bobaraba», «victago», «dynawell sirop», «magamaba» sont parmi les produits consistant à raffermir le corps des femmes. Chaque jour, Abdou se fait remarquer par ces produits. «Beaucoup de femmes les utilisent pour ferrer leur mari ou leur copain car, dès lors qu’elles les mettent, elles se sentent encore plus femmes. Et ça marche bien ici car l’unité coûte entre 1 000 et 4 000 francs Cfa», affirme-t-il.
Avant d’ajouter : «Certaines femmes se cachent pour les acheter. Après l’achat, elles les glissent dans leur sac. D’autres les mettent dans un sachet noir pour être sûres de ne pas se faire remarquer par les riverains». Avec leur emballage, les produits «Bobaraba», «victago», «dynawell sirop», «magamaba» se vendent à merveille à Grand Yoff. Sur chaque boite, s’affiche l’image d’une femme aux grosses fesses. Fatou Diallo est venue acheter un article. «J’achète souvent ‘bobaraba émergent’ car il est efficace. Il ne coute que 1 000 Franc Cfa et c’est sous forme de crème de différentes couleurs que j’applique sur mes seins, fesses et sur mes hanches et ça fonctionne bien», dit-elle, précisant qu’elle a peur d’utiliser des sirops et des comprimés, qui semblent être plus efficaces pour charmer son mec.
Sidy excelle, lui aussi, dans la vente des ces produits de beauté, dont il connait le pays d’origine. «La plupart de ces produits viennent de la Côte d’Ivoire et du Ghana. Le produit le plus vendu est ‘bobaraba émergent’ et ‘bobaraba sirop’. Les femmes disent que leurs effets sont plus rapides. Aussi certains hommes les achètent pour leurs femmes mais d’autres les utilisent pour augmenter la taille de leur sexe et faire du plaisir à leur compagne», lance-t-il, en souriant. Plus loin, Fama Diaw la quarantaine, est venue faire les courses. Elle semble ne pas être au courant de l’existence de ces artifices. «Je ne suis pas au courant de l’existence de ces produits», dit-elle. Avant d’ajouter : «Je pense que toute personne doit rester naturelle tel que Dieu l’a créée». A quelques mètres d’elle, Khady Ndiaye accompagnée de son amie, estiment que les femmes qui utilisent ces produits ne sont pas d’âge mûr. «Elles ne sont pas matures et jouent avec leur santé. Au moins avant d’utiliser un produit, elles doivent avoir l’avis d’un médecin. Et si elles veulent faire grossir certaines parties de leurs corps, il y a la chirurgie esthétique qui est médicalisée et disponible», explique-t-elle.
TEMOIGNAGE D’UNE FEMME
«Ces produits m’ont rendu malade»
Ménagère à Grand Yoff, Marguerite Faye a fait usage de produits qui font grossir. Pour elle, c’est une alternative pour sauver son couple menacé par la maitresse de son mari. «J’étais en train de perdre mon foyer. Il fallait que je fasse quelque chose pour garder mon époux. C’est dans ce cadre qu’on m’a conseillé de chercher des produits qui peuvent me rendre plus belle. Et cela a marché même si je ressens des brûlures au corps. Et je commence à souffrir des conséquences des produits car cela fait 5 ans que j’attends d’avoir un bébé mais toujours rien alors que mon dernier enfants a 7 ans», explique la jeune dame. Margueritte continue de souffrir et ne veut plus recommencer cette expérience. «On m’a recommandé d’autres produits de beauté. Mais, j’ai peur de les utiliser car j’ai toujours mal malgré le fait que je me soigne à l’hôpital», dit-elle, avec regret.

Walf Quotidien

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here