Accueil Actualités 3e SOMMET EXTRAORDINAIRE DU G5 SAHEL CONTRE L’INSECURITE AU MALI : A...

3e SOMMET EXTRAORDINAIRE DU G5 SAHEL CONTRE L’INSECURITE AU MALI : A l’initiative d’IBK

5
0
PARTAGER

Le 3e sommet du G5 Sahel se tient cette année à Bamako. Comme principal sujet à débattre au cours de ce consistoire  extraordinaire: «La situation sécuritaire au Mali et son impact dans le Sahel».

 Les pays de la bande sahélo-saharienne, principalement le Mali, ne cessent de vivre les affres  de l’insécurité causée par les mouvements des groupes narcoterroristes qui tentent à tout prix de transformer la zone sahélienne en un véritable sanctuaire du terrorisme.

Conscients du danger que constitue ce phénomène pour l’espace communautaire, les Chefs d’Etat du Sahel ont eu l’idée d’engager un processus d’identification et de mise en place des actions concrètes. Des actions qui auront permis de relever un certain nombre de défis de l’heure, communs à l’espace.

Il s’agit, entre autres, du renforcement de la paix et de la sécurité ; du développement durable dans les zones à faible densité humaine ; de la sécurité alimentaire et du pastoralisme, du développement des infrastructures (transport, énergie, hydraulique, télécommunications), de la lutte contre les changements climatiques et pour la gestion de l’eau, de la prise en compte du défi démographique et des questions de santé, de l’effectivité de la présence de l’Etat et du renforcement de la décentralisation.

Un sommet initié par le Président IBK

C’est soucieux de renforcer la solidarité entre les pays membres de la Bande sahélo-saharienne et d’insuffler une  dynamique pour la stabilité de la Sous-région et du monde que s’ouvre, ce matin du lundi 6 février 2017, au Centre International de Conférence de Bamako (CICB) ce Sommet extraordinaire des Chefs d’Etat et de Gouvernement du G5 Sahel.

Troisième du genre après ceux de février et de décembre 2014 à Nouakchott et celui ordinaire à N’Djamena, le 20 novembre 2015, cette Session qu’abritera Bamako les 5 et 6 février 2017 est un sommet extraordinaire des Chefs d’Etat du G5 Sahel. Il porte essentiellement sur la situation sécuritaire au Mali et ses effets néfastes directs sur les pays voisins, ceux de la Bande sahélo-saharienne et de l’Afrique tout entière. Ceci est une initiative du Président de la République du Mali, Son Excellence Ibrahim Boubacar Kéïta.

Par-dessus tout, cette rencontre de Bamako, qui intervient quelques jours après l’attentat odieux à la voiture piégée perpétré contre le camp du MOC, le 18 janvier dernier, s’inscrit dans l’esprit du G5 d’apporter sa solidarité à l’un de ses membres, à travers l’examen des voies et moyens pratiques de sortie définitive de cette crise qui le secoue. Autrement, il sera question de se pencher sur le retour définitif de la paix et de la sécurité au Mali, et, par conséquent, garantir le développement durable des Etats membres du G5 Sahel. C’est dans ce sens que s’inscrit le thème: «La situation sécuritaire au Mali et son impact dans le Sahel».

Moments forts

L’allocution de bienvenue du Chef de l’Etat malien, Son Excellence Ibrahim Boubacar Kéïta et le discours d’ouverture du Président en Exercice du G5 Sahel,  le Chef de l’Etat tchadien, Idriss Deby Itno, seront les moments forts de l’ouverture de ce 3e  Sommet. S’en suivront les travaux de huis clos et l’examen et l’adoption du communiqué final.

La fin du Sommet sera sanctionnée par la lecture du Communiqué final par le Secrétaire Permanent du G5 Sahel, la lecture d’une motion de remerciements par le Tchad et une Conférence de presse.

Aux côtés des cinq Chefs d’Etat de la Région, Marc Rock Christian Kaboré du Burkina Faso, Mohamed Ould Abdel Aziz de la Mauritanie, Mahamadou Issoufou du Niger, Idriss Deby Itno du Tchad et Ibrahim Boubacar Kéïta du Mali, il  y aura plus d’une centaine de participants à ce  sommet. Des institutions internationales comme les Nations-Unies, l’Union Africaine, l’Union Européenne, les pays européens contribuant aux fonds fiduciaires et soutenant le G5 Sahel, autres pays et Organismes régionaux de coopération sont invitées à cette rencontre.

Cyril ADOHOUN

 

Source: L’observatoire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here