Accueil / Opinions / Edito : Ces actes qui font honte à la République !
Aliou Toure

Edito : Ces actes qui font honte à la République !

Dans la capitale de Lassa, comme à l’accoutumée, l’actualité a été abondante. Beaucoup d’évènements se sont déroulés. Parmi ceux-ci, il y a certains qui font honte à la République. Tout d’abord, comment passer sous silence la sortie incendiaire du président du Haut Conseil islamique du Mali (HCIM) sur les ondes de la radio ‘’Nièta’’ contre les autorités actuelles !

Avec une grosse colère d’Achille, l’Iman Dicko, a tiré à boulet rouge sur  le régime IBK par rapport à son absence aux obsèques du grand Imam de Djenné, Almam KOROBARA, alors qu’il était présent à celui de l’Archevêque de Mopti. Il est important de rappeler que le décès de l’Imam de Djenné a coïncidé avec l’enterrement des morts du carnage du camp du Moc de Gao. Mais sans chercher à comprendre et sans peser ses mots, Mahamoud Dicko  accuse IBK d’un manque de considération pour la religion musulmane majoritaire à 98% au Mali. Il a également traité le gouvernement et les religions Chrétienne et Juive de tous les noms d’oiseaux. En tant qu’une haute personnalité du pays, Mahamoud Dicko doit être toujours tolérant, fin analyste  et objectif des situations du moment. Il ne devrait cependant en aucun cas s’exprimer de la sorte. Il a tout simplement peté les plombs.

Tout comme les magistrats dont la grève illimitée s’est transformée en une véritable guerre de tranchées. A la stupéfaction générale, la corporation s’est livrée tout simplement en spectacle (comme le Kotèba national) sur les réseaux sociaux et autres canaux de communications. Le président du Syndicat autonome de la magistrature(SAM), Mohamed Chérif Koné et son Vice- président Badra Aliou Nanacassé se sont livrés à une lutte médiatique à travers la diffusion des communiqués contradictoires.  La suspension du mot d’ordre par le président du SAM diffusée sur les antennes de l’ORTM, le vendredi 3 février a été démentie le lendemain par son Vice-président à l’issue d’une assemblée extraordinaire. Le Syndicat est au bord de l’implosion. Comment comprendre que les tenants du pouvoir judicaire se donnent au vu et au su de l’opinion nationale et internationale à de tels spectacles désolants qui ne les honorent pas et déshonorent du coup la République.

Eh oui ! La République est déshonorée par des pratiques honteuses et crapuleuses sur la Colline du Savoir devenue tristement et malheureusement la Colline de la peur et de la terreur. Car, ce sont les coupe-coupes, les machettes et les armes qui y règnent en maitres absolus. Un jeunot de 21 ans surnommé Babylone Junior,  étudiant en 2ème année allemand a été tué à coup de couteau dans l’enceinte de l’ancienne Faculté des Langues Arts et Sciences Humaines (FLASH), de l’université de Bamako. Son bourreau est aussi étudiant en 3ème année lettre. Un règlement de comptes entre membres de l’Association des Elèves et Etudiants du Mali (AEEM) ; une Association devenue de nos jours un mal absolu. Corruption, violences, assassinats, vols… Ce sont les mots avec lesquels rime aujourd’hui le nom de l’AEEM.

Comment ne pas évoquer la honteuse et destructive opération de libération des voies publiques de la Déesse du Mal, Ami Bulldozer Kane. Cette opération inopportune, n’a servi qu’à détruire les biens des pauvres Maliens. Ce sont malheureusement des millions d’investissements des pauvres citoyens  qui sont saccagés, des milliers d’emplois anéantis et des espoirs brisés. De la commune I à la commune VI, les installations, à coût de millions de FCFA des pauvres sont détruites.

Il est important aussi de se prononcer sur la honteuse polémique drainée cette semaine sur  la maladie du président de la République IBK.  Les Maliens tuent IBK par leur bouche à chaque moment de ses malaises. Tout d’abord, sur son hospitalisation en Turquie, on est allé jusqu’à dire que c’est  son cercueil qui va revenir au Mali. Ensuite, on nous a dit aussi qu’il était mort au cours d’une opération de cancer. Une fois de plus, c’est un IBK vivant en pleine forme et souriant qui est sorti par la porte de l’avion et non sa dépouille mortelle annoncée par les folles rumeurs.

Et si on arrêtait un peu par méchanceté de tuer à chaque instant le Président de notre pays?

 

Source: Le Démocrate-Mali

Voir aussi

En un mot : Sentiment d’abandon

Share this on WhatsApp  Braquages, viols, engins explosifs improvisés, assassinats… tout le quotidien est rythmé …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *