Accueil Actualités Sommet du G5 Sahel : «Si nous n’agissons pas vite, de manière...

Sommet du G5 Sahel : «Si nous n’agissons pas vite, de manière vigoureuse, à la dimension de la menace, notre espace deviendra inéluctablement un sanctuaire terroriste» dixit Idriss Deby Itno

2
0
PARTAGER

Bamako a abrité le sommet extraordinaire du G5 Sahel, le lundi 6 février 2017, sur la situation sécuritaire au Mali et son impact dans le Sahel. Au cours de ce sommet, les cinq chefs d’Etat ont plaidé pour l’application de l’Accord sur la crise malienne et arrêté la mise en place d’une force conjointe au sein du G5 Sahel.
La mise en place immédiate d’une force conjointe au sein du G5 Sahel, avec un mandat clair de l’UA et de l’ONU, la suppression sans délai au sein de l’espace des visas pour tous les types de passeports, la création d’une compagnie de transport aérien dénommée «Air Sahel» et l’approfondissement de la réflexion sur les modalités de création d’un fonds spécial de financement des activités de défense et de sécurité dans les Etats-membres du G5 Sahel.

Ce sont, entre autres, les grandes décisions du sommet extraordinaire des chefs d’Etat et de gouvernements du G5 Sahel, tenu à Bamako, au Mali, le lundi 6 février 2017, en présence du Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, aux côtés de ses pairs, Ibrahim Boubacar Kéita du Mali, Mahamadou Issoufou du Niger, Idriss Deby Itno du Tchad et Mohamed Ould Abdel Aziz de Mauritanie.

Placé sous le thème «Situation sécuritaire au Mali et son impact dans le Sahel», ce sommet s’était fixé trois objectifs majeurs, à savoir procéder à une analyse objective de la situation sécuritaire au Mali et de son impact sur l’espace commun, faire un état des lieux de la mise en œuvre des promesses de contributions faites par les partenaires et identifier des pistes concrètes d’action pour les semaines et mois à venir, en vue de promouvoir la paix et le développement durables.

Pour le Président malien, hôte du sommet, Ibrahim Boubacar Kéita, la région du Sahel se trouve aujourd’hui à la croisée des chemins, et les groupes terroristes représentent de plus en plus une menace complexe et sophistiquée qui ne cesse d’évoluer dans sa forme, son envergure et ses méthodes. Il en veut pour preuve l’attentat-suicide perpétré à Gao, le 18 janvier 2017, et revendiqué par Al-Morabitoune, groupe affilié à Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), contre le camp du Mécanisme opérationnel de coordination (MOC), chargé de déployer les patrouilles mixtes.

Pour lui, cette fragilité sécuritaire dans la région est davantage aggravée par la dimension transnationale du terrorisme et les défis liés à la situation en Libye, d’une part, ainsi que la radicalisation, l’extrémisme violent, et les effets des changements climatiques, d’autre part. Dans un tel contexte, le Président Ibrahim Boubacar Kéita a indiqué qu’il était essentiel que la coordination entre les différents acteurs internationaux soit plus efficace, avec un partenariat dans la lutte reflétant les réalités sur le terrain.

La mise en place d’une force conjointe

«C’est dire que la coopération régionale renforcée et l’aide internationale sont nécessaires pour lutter efficacement contre le terrorisme, la radicalisation religieuse, les trafics d’armes illicites, le blanchiment d’argent et les risques sanitaires», a ajouté l’hôte du sommet. Il a poursuivi en affirmant que la situation sécuritaire au Mali est d’autant plus préoccupante en ce sens qu’au Nord du pays, la résolution 2295 (2016) du Conseil de sécurité tarde à se matérialiser sur le terrain, entravant ainsi la mise en œuvre effective du processus de cantonnement et de Désarmement, démobilisation et réintégration (DDR).

«Aussi, d’importantes insuffisances de la MINUSMA en matière de capacités, de soutien logistique et de protection de ses forces persistent toujours. La MINUSMA devrait donc se doter d’urgence des moyens adéquats pour accompagner le gouvernement du Mali dans le rétablissement progressif de son autorité sur la totalité du territoire national», a affirmé Ibrahim Boubacar Kéita.

Pour le Président en exercice du G5 Sahel sortant, Idriss Deby Itno, cette situation, aussi bien au Mali qu’au sein de tout l’espace commun du G5 Sahel, met les Présidents des pays-membres devant leurs responsabilités dans l’urgence de la riposte dans cette guerre d’usure contre le terrorisme dans toutes ses facettes.
«Ces attaques qui visent les casernes militaires ont pour objectif de saper le moral de nos forces de défense et de sécurité et de toucher la psychologie de nos populations. C’est pourquoi notre rencontre doit sonner l’alerte et donner une incursion nouvelle contre la guerre asymétrique que nous menons contre le terrorisme et la barbarie.

Nous devons nous donner les moyens et les ressources nécessaires pour livrer une guerre sans merci contre ces terroristes qui veulent nous ramener au Moyen Age », a soutenu le Président sortant du G5 Sahel. C’est pourquoi Idriss Deby Itno a salué la décision du sommet d’aller vite à la mise en place de la force conjointe du G5 Sahel, qui doit prendre progressivement plusieurs formes.

Il s’agira dans l’immédiat de sécuriser conjointement les frontières entre le Mali et la Mauritanie, entre le Burkina Faso, le Niger et le Mali et entre le Tchad et le Niger. Dans le long terme, ce dispositif évoluera vers une force conjointe renforcée, pour mener une guerre sans merci contre le terrorisme dans les Etats-membres.

Appliquer l’Accord pour la paix

Le sommet a réaffirmé son soutien à l’application de l’Accord issu du processus d’Alger pour la paix au Mali et indiqué que l’intégrité du territoire malien est non négociable. A entendre le Président Idriss Deby Itno, le G5 Sahel se prépare à intervenir dans le Nord du Mali pour combattre tous les groupes armés qui refusent de reconnaître l’autorité de Bamako.

Selon lui, si le G5 Sahel avait le dixième du budget des opérations de l’ONU dans la sous-région, il pourrait assurer seul la sécurité des pays-membres. Outre le Nord du Mali, qui constitue une zone d’instabilité, le Président tchadien a plaidé pour l’implication de la communauté internationale dans la recherche de la paix et de la stabilité en Libye.

«Comme nous le savons tous, aussi longtemps que le KO libyen durera, la sécurité dans le Sahel et le Sahara sera toujours mise à rude épreuve. Nous devons soutenir et appuyer les efforts de l’Union africaine pour la paix en Libye», a affirmé le Président tchadien. Et d’ajouter: «l’heure est à l’action et à l’engagement. Nous avons le devoir et l’obligation de nous y investir davantage pour mettre hors d’état de nuire tous les groupes terroristes qui écument la bande sahélo-saharienne. Si nous n’agissons pas vite, de manière vigoureuse, à la dimension de la menace, notre espace deviendra inéluctablement un sanctuaire terroriste».

Pour lui, la vigilance, la mobilisation et la détermination sont les seules armes pour assurer la sécurité des populations et garantir la stabilité dans la région. Au cours de ce sommet, qui a enregistré la présence du Président en exercice de l’Union africaine, Alpha Condé de la Guinée, le Président malien a été désigné comme président en exercice du G5 Sahel en remplacement de Idriss Deby Itno. Le prochain sommet se tiendra en 2018 à Niamey au Niger.

Max de Diakpé

 

Source: La Lettre Du Peuple

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here