Accueil / Société / 6ème édition de lecture de Coran : les habitants de Kalaké et environnants fidèles à la tradition

6ème édition de lecture de Coran : les habitants de Kalaké et environnants fidèles à la tradition

Sous le leadership de l’Imam Al-hadji Séikou Mahamadou Gissima Mangané, non moins fondateur et directeur de la Medersa « Nour Al Islam », s’est tenue, le lundi 06 février 2017, la 6ème édition de la lecture du saint Coran du village de Kalaké et environnants.

Cette tradition de longue date dénommée  »Mangané-mangané » était placée sous la haute présidence du fils de Séikou Thiérno Aboubacar Thiam de Ségou, Séikou Seydina Oumar Thiam. Pour la circonstance, les autorités coutumières et administratives et les villageois de Kalaké et environnants sont sorties massivement.

Cette 6ème édition de lecture du saint Coran était placée sous le signe de la cohésion sociale. L’objectif cherché était de rassembler les uns et les autres afin de faire des bénédictions pour le pays. Depuis 2011, cet évènement se tient chaque année à la même période.

Bahamé Mangané a expliqué que la commission d’organisation a décidé de faire l’assise de cette année en période de froid pour amoindrir la souffrance des fidèles musulmans. Par la suite, les enfants qui apprennent le Coran par cœur ( »Hafiz », en arabe) ont procédé à la lecture de quelques versets. Après cela, le Coran a été lu en entier 7 fois par les fidèles musulmans venus pour la circonstance. Le tout couronné par des bénédictions de la part de l’Imam Elhadji Séikou Mahamadou Gissima Mangané et le Cheick Séikou Seydina Oumar Thiam.

Par ailleurs, l’Imam Séikou Mahamadou Gissima Mangané, dans son intervention, a interpellé les enfants au respect des parents. Selon lui, l’éducation est le soubassement de l’Islam et l’ignorance peut amener des anomalies dans la religion musulmane, qui est une religion de paix, de tolérance, de cohésion sociale, de mutualité. Pour sa part, le grand prêcheur Moussa Cissé a demandé aux musulmans de faire connaître la religion musulmane aux enfants notamment en les inscrivant dans les Medersas.

Seydou Karamoko KONE

 

Source: Le Flambeau

Voir aussi

Front social : Après les enseignants, les médecins réclament un statut particulier

Share this on WhatsAppFront social enseignants médecins réclament statut particulier   L’Espace Maeva Palace de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *