Accueil / Sports / Pour convaincre le gouvernement de dissoudre le comité exécutif de la femafoot : Le ministre des Sports avait menacé de quitter la majorité présidentielle

Pour convaincre le gouvernement de dissoudre le comité exécutif de la femafoot : Le ministre des Sports avait menacé de quitter la majorité présidentielle

Depuis le mercredi 8 mars, le Comité exécutif de la Fédération malienne de football dirigé par Boubacar Baba Diarra a été dissout par le ministre des Sports, Housseini Amion Guindo. Cela à huit mois de la fin du mandat. Après plusieurs tentatives pour retirer sa délégation de pouvoir, le Ministre, par ailleurs président du parti Codem, a finalement menacé de quitter la majorité présidentielle si sa décision ne passait pas. Une manière de dire que son parti est très important pour la réélection du Président IBK en 2018. En tout cas, cette dissolution aura de lourdes conséquences sur le football malien, puisque le Mali est menacé d’une suspension par la CAF et la FIFA de toutes les activités du football.

Comme disait l’autre, tant que Housseini Amion Guindo est ministre des Sports, la crise au sein de la grande famille du football malien ne se terminera jamais. L’histoire vient de lui donner raison à travers la décision impopulaire que le ministre des Sports vient de prendre, le 8 mars dernier, avec la dissolution du Comité exécutif de la Fédération malienne de football dirigé par Boubacar Baba Diarra. Cette décision a été très mal accueillie par le monde sportif, surtout que c’est très rare de voir un ministre des Sports dissoudre une fédération de football, puisque cette discipline est au-dessus de la politique. En d’autres termes, les instances dirigeantes du football n’aiment pas l’ingérence de la politique dans la gestion du football. Et pourtant, c’est ce que le Ministre Poulo a toujours démontré en défendant vaille que vaille une minorité de fondeurs contre un bureau exécutif légalement élu pour un mandat de 4 ans.

Selon un communiqué laconique, “il est mis en place un Comité provisoire chargé d’organiser, de gérer, d’animer, de promouvoir et de développer le football au Mali jusqu’à l’élection d’un nouveau bureau fédéral. A cet effet, le Comité est chargé de réunifier la famille du football au Mali, de gérer les activités du football pendant la durée de son mandat, d’organiser les compétitions régulières pour toutes les catégories et d’organiser l’assemblée générale élective, conformément aux textes de la Fédération malienne de football. La composition et la liste nominative des membres du Comité provisoire sont fixées par décision du ministre des sports”.

Pour certains observateurs bien avertis, le retrait de la délégation de pouvoir au bureau fédéral est plus qu’un coup d’Etat, quand on sait que le mandat de l’actuel patron de la Fémafoot, Boubacar Baba Diarra, court jusqu’en octobre prochain.

Depuis plus d’une année, le ministre des Sports était dans cette logique de faire partir l’Inspecteur Général de Police de la tête de la Fémafoot. Mais pourquoi ? Lui seul peut répondre à cette question. Pourtant, c’est lui qui a aggravé cette crise depuis la tenue de l’Assemblée générale ordinaire du 10 janvier 2015. Il a été, tout simplement, incapable de gérer ce dossier, malgré la mise en place d’un pôle de médiateurs, qui d’ailleurs a échoué. Il a fallu l’intervention du président de l’Assemblée nationale, Issiaka Sidibé, pour que les deux protagonistes se retrouvent afin de trouver une solution idoine à cette crise. Les différentes recommandations ont été respectées à la lettre par la Fédération, à commencer par la montée en première division des quatre clubs (Djoliba, CSK,  COB et Avenir de Tombouctou) relégués auparavant en deuxième division suite à l’application des textes qui régissent le football malien et la tenue d’une nouvelle Assemblée générale de la Ligue de football de Bamako. Là aussi, cette élection a été organisée sous la supervision du Comité national olympique et sportif du Mali (Cnosm) et l’Assemblée nationale. Ce qui a vu l’élection de Kassoum Coulibaly dit Yambox pour un mandat de 4 ans.

Ensuite, ce fut le fameux dossier du Tribunal Arbitral du Sport (TAS). La sentence de ce tribunal avait imposé à la Fédération de tenir une Assemblée générale extraordinaire avant le 30 novembre 2016. Pour respecter ce verdit, la Fémafoot a convoqué, le 29 novembre à Sikasso, une Assemblée générale extraordinaire avec la participation de deux émissaires de la Fifa et un représentant de la Caf.

Auparavant, le Ministre Poulo s’est rendu lui-même avec une délégation au siège de la Fifa, à Zurich, en Suisse, avec l’intention de retirer la délégation de pouvoir à la Fémafoot. En réponse à cela, la secrétaire générale de la Fifa, Fatma Samoura, a été formelle : “Le mandat de Boubacar Baba Diarra court jusqu’en octobre 2017. Si vous touchez à son mandat, le Mali sera suspendu de toutes les activités du football”.

Malgré ce message, Poulo a continué à mener la vie dure à Boubacar Baba Diarra à travers des actes de sabotage. Ce qui a, d’ailleurs, joué sur les performances de nos équipes nationales et de nos clubs. C’est le cas de l’élimination prématurée des Aigles du Mali et des Aiglons du Mali dès le premier tour. Celles du Stade Malien de Bamako et de l’AS Réal au premier tour de la Ligue des champions.

Après avoir tenté de dissoudre le Comité exécutif de la Fémafoot, Poulo avait menacé de quitter la majorité présidentielle. Ce fut un véritable chantage fait au parti au pouvoir. Pour lui, la Codem restera aussi une force politique très importante pour la réélection du président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, en 2018. Finalement, son chantage a bien marché avec la dissolution du bureau fédéral.

Mais ce que le ministre des Sports oublie, c’est que le football est totalement différent de l’hippisme (il avait mis en place un comité de normalisation pour gérer les affaires de la Fédération malienne de hippisme).

En tout cas, cette dissolution aura de lourdes conséquences sur l’avenir de notre sport roi.  Déjà, le Comité exécutif de la Fémafoot, après avoir discuté sur ce dossier, a informé les instances suprêmes qui gèrent le football. Il s’agit de la Confédération africaine de football (Caf) et la Fédération internationale de football association (Fifa). C’est dire que le Mali risque une suspension de toutes les activités du football. La question qui est sur toutes les lèvres est de savoir si les matches du Djoliba AC et les Onze Créateurs comptant pour les 16èmes finales de la Caf, prévus ce week-end à Bamako, auront finalement lieu. Sans compter les éliminatoires de la Coupe du monde et la participation du Mali à la CAN des Cadets, au Gabon.  On attend désormais la réaction de la Caf et de la Fifa.                      

  A. B. HAÏDARA

 

Source: Aujourd’hui-Mali

Voir aussi

Désormais, IBK sur le terrain pour galvaniser 

Share this on WhatsApp  Depuis une semaine, le Président Ibrahim Boubacar Keïta est descendu dans …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *