Accueil / Sports / Football: l’Australie devient le premier pays à adopter l’arbitrage vidéo
Le championnat de foot australien a adopté l'assistance vidéo à l'arbitrage. Image d'illustration. REUTERS/John Sible

Football: l’Australie devient le premier pays à adopter l’arbitrage vidéo

Football l’Australie devient premier pays à adopter l’arbitrage vidéo

Utilisée pour la première fois en France lors du match amical entre les Bleus et l’Espagne le 28 mars, l’assistance vidéo à l’arbitrage sera utilisée dans le championnat australien à partir de vendredi.

C’est une petite révolution dans le monde du foot. Le championnat australien, la A-League, deviendra vendredi la première ligue professionnelle à adopter l’assistance vidéo à l’arbitrage, en phase de test dans de nombreux autres pays. La Fédération australienne (FFA) a annoncé que cette technologie sera utilisée pour la première fois lors du match entre Melbourne City et Adelaïde United.

Ben Wilson, directeur de l’arbitrage au sein de la FFA, a estimé que la plupart des difficultés relatives à cette technologie avaient été réglées lors d’essais menés depuis six mois lors de rencontres de niveau inférieur. « Nous avons travaillé sur l’appréciation des erreurs, sur la durée nécessaire à la prise de décision et sur la communication de ces décisions aux diffuseurs et aux supporteurs. Je suis heureux du fait que nous ayons trouvé des solutions à ces problèmes », a-t-il déclaré.

Un dispositif utilisé lors de France – Espagne

Il a également annoncé que les choix pris en A-League avec l’aide de la vidéo ne prendront pas plus de 30 à 40 secondes afin de ne pas saccader le rythme des matchs. « Le principal objectif est de prendre les bonnes décisions. C’est la priorité. Et si cela prend plus de temps, ce n’est pas grave », a-t-il toutefois ajouté.

L’arbitrage vidéo a été utilisé pour la première fois en France le 28 mars lors de la défaite (0-2) des Bleus face à l’Espagne en amical. Cette technologie a suscité des réactions diverses chez les hommes de Didier Deschamps, entre critique, incrédulité ou soutien à ce dispositif. « Ça va aider le foot. Il n’y a rien de plus précis que la vidéo, il faut l’accepter », a notamment jugé le milieu de terrain Tiémoué Bakayoko, alors que Kevin Gameiro, lui, a estimé que la vidéo avait cassé « la beauté du match ».

Aidé par la vidéo, l'arbitre Felix Zwayer, ici à côté du portier tricolore Hugo Lloris, a eu recours à deux reprises à la vidéo lors du match amical France-Espagne, le 28 mars 2017.

Aidé par la vidéo, l’arbitre Felix Zwayer, ici à côté du portier tricolore Hugo Lloris, a eu recours à deux reprises à la vidéo lors du match amical France-Espagne, le 28 mars 2017.

REUTERS/Gonzalo Fuentes

Lors de la rencontre, l’arbitre a eu recours deux fois à l’assistance vidéo, pour refuser un but d’Antoine Griezmann en raison d’un hors-jeu, puis pour valider le deuxième but espagnol, initialement annoncé hors-jeu par l’arbitre assistant. Le 31 mars, à l’issue de l’assemblée générale de l’International Board (Ifab), l’organisme garant des règles du football, le président de la Fifa, Gianni Infantino, a jugé « réaliste » la mise en place de l’assistance vidéo à l’arbitrage pour la Coupe du monde 2018 en Russie.

Football l’Australie devient premier pays à adopter l’arbitrage vidéo

Source: L’Express

Voir aussi

Croatie: Ivan Rakitic, de Bâle à Moscou

Share this on WhatsApp  Entre la Suisse où il est né et la Croatie, patrie …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *