Accueil / Société / Mort par balles d’un manifestant devant la prison de Kangaba : Le juge Sékou Zana Traoré réfute toute responsabilité et dénonce des accusations gratuites
Mort par balles d’un manifestant devant la prison de Kangaba : Le juge Sékou Zana Traoré réfute toute responsabilité et dénonce des accusations gratuites

Mort par balles d’un manifestant devant la prison de Kangaba : Le juge Sékou Zana Traoré réfute toute responsabilité et dénonce des accusations gratuites

Mort  balles  manifestant devant  prison  Kangaba  juge Sékou Zana Traoré réfute  responsabilité  dénonce  accusations gratuites

Il y a environ un mois,   un jeune ressortissant du village de Teguè a été  fauché par une balle devant la prison centrale de Kangaba. Il était parmi les manifestants qui se sont rendus dans ce lieu carcéral  pour exiger la libération de quatre des leurs mis sous mandat de dépôt pour défiance à l’autorité de l’Etat, suite à un conflit foncier. Pointé du doigt par les villageois pour être responsable de ce drame, le  Juge de paix à compétence étendue de Kangaba, Sékou Zana Traoré, a réfuté toute responsabilité et dénonce  des accusations sans fondement.

C’est dans son bureau à Kangaba que nous avons rencontré, le jeudi dernier,  le juge de paix à compétence étendue de Kangaba, Sékou Zana Traoré,  pour avoir sa version des faits suite aux accusations portées contre lui pour le décès du jeune manifestant Seydou Traoré.

“Je suis surpris et indigné par ces accusations me portant la responsabilité de ce drame. Ces accusations portent atteinte à mon honneur, à ma dignité et à ma profession. Ce sont des accusations gratuites  sans fondement”. C’est par ces  propos  que le juge Sékou Zana Traoré a introduit notre entretien.

De quoi s’agit-il ? Expliquant sa version des faits, le juge a rappelé que cela fait un bon moment qu’un conflit foncier oppose le village de Tégué à celui de Sombo autour d’une zone minière appelée Bankolé située dans le cercle de Kangaba. “Sentant la tension monter autour de la zone, l’ex préfet a pris un arrêté interdisant l’exploitation de cette zone minière par les deux villages. Mais, les habitants de Sombo ont dénoncé auprès du préfet le fait sa décision est en train d’être violée par l’autre camp. Et l’actuel préfet a aussitôt commandité une mission sur le site,  à laquelle tous les services techniques concernés dans le cercle ont été associés. Une fois sur le terrain, nous avons trouvé que la tension était vive entre les deux camps qui se regardaient en chiens de faïence. Aussitôt, le préfet a pris un autre arrêté pour renforcer la décision d’interdiction  d’exploiter le site” a expliqué le juge.

Il poursuit que malgré cette interdiction, Teguè a continué d’exploiter la zone. “Et c’est suite à cela que les habitants de Sombo ont porté plainte auprès du tribunal. Et le préfet informé de la nouvelle a envoyé le maire de la zone pour s’enquérir réellement de la réalité sur le terrain. Celui-ci a également confirmé la violation de la décision du préfet. Et c’est suite à ce rapport que le préfet aussi a porté plainte” a expliqué Sékou Zana Traoré.

Pour lui, il est de son devoir de faire respecter la loi afin d’éviter le pire. “C’est partant de ces plaintes que j’ai mené des enquêtes pour identifier les quatre meneurs qui sont à la base de cette violation. Lorsque j’ai voulu auditionner ces quatre personnes, c’est presque tout le village qui s’est mobilisé devant le tribunal. Malgré tout,  j’ai poursuivi la procédure car nul n’est au-dessus de la loi ” a ajouté le juge Traoré.

C’est au terme de cette audition, que les quatre personnes ont été mises  sous mandat de dépôt. “Ces quatre personnes ont été mises sous mandat de dépôt   un vendredi  et je suis parti à Bamako comme c’était un week-end. C’est sur place que j’apprends la nouvelle que les populations de Téguè  (village situé à environ 30 km de Kangaba) ont envahi la ville de Kangaba et ne veulent pas retourner sans les quatre prisonniers. J’ai refusé de les libérer car ce n’est pas une démarche judiciaire. Au-delà,  cela pourrait entrainer des cas similaires fâcheux” a soutenu notre interlocuteur.  Il a aussi rappelé qu’il a pris soin d’informer ses chefs hiérarchiques.

Pour Sekou Zana, c’est au moment où toutes les autorités politiques et administratives s’emploient à trouver une issue heureuse à ce problème, que plusieurs centaines de jeunes de Tèguè armés de fusils de chasse ont attaqué la prison centrale pour tenter de faire exfiltrer les quatre détenus. “C’est au cours des échanges  lors de cette tentative violente qu’un jeune a été blessé par un projectile. Il  a perdu la vie” a regretté le magistrat, tout en rejetant  la responsabilité qu’on voulait lui faire endosser dans ce drame.

Le juge a aussi dénoncé que suite à l’interpellation des quatre personnes, les habitants du village de Téguè ont aussitôt érigé des barricades pour enlever et torturer trois personnes de Sombo. “Nous avons été torturés par ces gens- là. Moi, ils m’ont dépouillé de  6  millions Fcfa” a témoigné une victime, du nom de Diakaridia Traoré, ajoutant qu’un autre a eu le pied fracturé.

Un autre ressortissant de Sombo, du nom de Sayon Traoré, d’affirmer que jusqu’à ce jour ils ne peuvent plus passer par Sombo pour rejoindre Kangaba, au risque de se faire agresser.

Le pire évité de justesse

A la prison centrale de Kangaba, les impacts de balles sont toujours visibles sur le grand portail. “Ce jour-là, c’est mon adjoint qui était là avec les autres éléments, parce que j’étais permissionnaire. Et selon ses récits, le pire a été évité de justesse car les assaillants, plus de 400 personnes,  en plus de tenter de libérer par force leurs détenus, projetaient de  casser la porte principale de la prison et nous  voulaient à mort. Ils ont tiré à plusieurs reprises sur la porte de la prison et les impacts de balles sont toujours visibles. Et  nos éléments n’ont fait que se protéger et protéger le  centre carcéral” renchérit le régisseur  de la prison centrale de Kangaba, le lieutenant Modibo Traoré.A la question de savoir comment le jeune a été atteint par balle, le régisseur adjoint a été catégorique. “Je ne peux pas vous confirmer pour le moment car les enquêtes sont en cours” a souligné le régisseur adjoint.

Le préfet de Kangaba  Issa Koné: “Que force reste à la loi !”

Dans son bureau, le préfet du cercle de Kangaba, Issa Koné, tout en confirmant les propos du juge, a déploré ces événements. Le chef de l’exécutif a été catégorique.  A le croire, c’est lui qui a porté plainte contre  le village de Teguè afin que force reste à la loi pour éviter un bain de sang entre les deux villages. “Ce que ces gens de Teguè ont fait,  j’ai trouvé que c’est une défiance à l’autorité de l’Etat car la décision de surseoir à l’exploitation de cette zone est intervenue après l’échec de plusieurs  négociations. Les villages voisins sont intervenus, des Guinéens sont venus pour essayer de les raisonner. Malgré tout, ils ne se sont pas compris. Donc c’est en toute responsabilité  que j’ai porté plainte car la violation de mon arrêté est une défiance à l’autorité de l’Etat et, dans ce cas-ci les conséquences peuvent  être dramatiques en terme de perte en vies humaines”  a averti le préfet.

Il a par ailleurs invité les deux villages à dépasser toute sorte de considération pour s’entendre autour de l’essentiel afin d’éviter un conflit fratricide entre les deux villages à conséquence dramatique.            

Kassoum THERA 

Mort  balles  manifestant devant  prison  Kangaba  juge Sékou Zana Traoré réfute  responsabilité  dénonce  accusations gratuites

 

Source: Aujourd’hui-Mali

Voir aussi

Yaya Cissé en prison sans preuve en Mauritanie depuis plus de 6 ans : L’Indifférence des autorités maliennes en question

Share this on WhatsAppYaya Cissé prison preuve Mauritanie 6 ans L’Indifférence autorités maliennes question   …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *