Accueil / Société / Gouvernement : Les ministres Bathily et Boubou en arbitrage devant la direction du budget
le Ministre Mohamed Ali BATHILY

Gouvernement : Les ministres Bathily et Boubou en arbitrage devant la direction du budget

Gouvernement  ministres Bathily  Boubou  arbitrage devant  direction  budget

L’affaire du décret de répartition des services publics entre la Primature et les différents départements ministériels défraie la chronique et pourrait affecter si dangereusement la solidarité gouvernementale et la faire voler en éclats.

Contrairement à ce que nous publiions récemment, le ministre de l’Urbanisme et des Affaires foncières est loin d’avoir réussi à faire courber l’échine au chef du gouvernement sur cette question litigieuse. Et, pour cause, selon d’autres sources bien introduites, sa requête aux relents d’intimidation et de menace de démission a rencontré une farouche résistance du côté de son collègue de l’Economie et des Finances. Lequel ne parait point disposé, à son tour, à lâcher prise quant à l’opportunité qui lui est offerte de retourner la gestion domaniale dans le giron de son département. Conséquence : la convoitise a pris les dimensions d’un contentieux que la Primature a finalement soumis à l’arbitrage de la direction général du budget.

En attendant le verdict, les deux membres du gouvernement y vont chacun de ses arguments. Le ministre de l’Urbanisme et des Affaires foncières s’active à persuader que c’est le foncier qui l’emporte dans la gestion domaniale, un secteur qui ne lui revient désormais que pour ’emploi’, selon le nouveau décret consécutif à l’avènement de la première équipe du PM Abdoulaye Idrissa Maiga. Le raisonnement de Me Bathily repose essentiellement sur la complexité de la question foncière au Mali et qui lui avait déjà inspiré un torrent de mesures allant de la suspension des attributions foncières au retrait pur et simple de celles déjà acquises, en passant par la mobilisation du monde paysan contre certains grands  propriétaires fonciers. Des arguments auxquels se greffe par ailleurs l’amertume de se retrouver avec un portefeuille ministériel dépourvu de toute substance.

Quoi qu’il en soit, son collègue Boubou Cissé et ses collaborateurs ne l’entendent point de cette oreille et sont à pied d’œuvre depuis quelques temps pour réunir des arguments assez solides afin de battre en brèche la conception défendue par l’ancien Garde des Sceaux. Pour eux, le secteur figure en bonne place parmi les services d’assiette et procure à ce titre au trésor public des ressources assez conséquentes pour mériter de compter pour le budget d’Etat. C’était d’ailleurs le cas dans un passé encore récent, soutiennent les cadres de l’Hôtel des finances, allusion faite à l’époque durant laquelle les domaines et le cadastre faisaient ménage avec les impôts.

Cette tendance est du reste confortée par une caution institutionnelle de taille. Il s’agit d’une recommandation forte de la Commission finances de l’Assemblée nationale qui, dans son rapport axé sur le budget 2017, suggère également de refondre tous les services d’assiettes dans la direction des impôts.

Comme il est loisible de le comprendre, cette approche budgétaire des domaines de l’Etat a plus de chance de prospérer et de l’emporter sur sa conception sociale, dans un contexte où, une disette sans précédent d’apports budgétaires extérieurs et d’aides publiques au développement risque de compromettre les grandes réalisations ainsi que les engagements sociaux auxquels l’Etat a souscrit.

Or, le ministre de l’Urbanisme et des Affaires foncières, jusqu’à preuve du contraire, ne paraît guère avoir renoncé à mettre dans la balance sa place au gouvernement au cas où, le service litigieux ne revenait pas dans le giron de son département.

A. KEITA

Gouvernement  ministres Bathily  Boubou  arbitrage devant  direction  budget

 

Source: Le Témoin

Voir aussi

Nouvelle usine de Fourou-Kadiolo : L’espoir réalisé des cotonculteurs

Share this on WhatsApp  Le Président de la République, Son Excellence Ibrahim Boubacar Kéïta, a …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *