Accueil / Afrique / Elections au Kenya: Kenyatta donné en tête, Odinga dénonce un «piratage»
Des affrontements entre manifestants pro-Odinga et forces de l'ordre ont éclaté ce mercredi 9 août à Kisumu. © REUTERS/Thomas Mukoya

Elections au Kenya: Kenyatta donné en tête, Odinga dénonce un «piratage»

Uhuru Kenyatta est en tête face à Raila Odinga, selon des chiffres encore provisoires publiés par la Commission électorale ce mercredi 9 août, portant sur les résultats de 95% des bureaux de vote. La coalition d’opposition ne reconnaît pas ces chiffres provisoires, Raila Odinga juge que « le piratage a affecté la crédibilité des élections ». Des échauffourées ont éclaté à Kisumu, bastion de l’opposition.

Selon des résultats provisoires disponibles à 11h T.U. sur le site de la Commission électorale – et portant sur le dépouillement de 95% des bureaux de vote -, le président sortant Uhuru Kenyatta est crédité de 54,35% des suffrages, soit dix points de plus que Raila Odinga (44,78%).

« L’élection kényane 2017 est une fraude et le piratage a affecté la crédibilité de cette élection. Ces résultats sont faux, c’est une imposture », a accusé Raila Odinga lors d’une conférence de presse ce mercredi matin, comme le rapporte la correspondante de RFI à Nairobi, Laure Broulard.

Odinga promet des preuves dans la journée

Selon le chef de l’opposition, le pirate informatique serait rentré dans le système aux alentours de minuit. Il aurait pour cela utiliser les codes d’accès de Chris Msando, directeur du pôle technique de la Commission électorale indépendante (IEBC), retrouvé mort dans des circonstances mystérieuses fin juillet. Les pirates, selon lui, auraient manipulé les données, infiltré des programmes à l’intérieur du système. Tout cela aurait créé une différence de 11% dans les résultats, sachant que le président a environ 10 points d’avance dans le décompte provisoire.

Raila Odinga affirme détenir des preuves, qu’il refuse cependant de rendre public afin, dit-il, de « protéger [sa] source ». « C’est une catastrophe, une attaque contre notre démocratie, mais nous avons pu identifier le trucage. « Uhuru Kenyatta doit partir » et la volonté du peuple ne peut être bafouée », a-t-il déclaré.

La coalition Super Alliance Nationale (NASA) a promis de présenter les preuves de ses allégations aux différents observateurs dès cet après-midi. Des observateurs qui n’ont pourtant fait état d’aucune irrégularité. Au contraire, ils se félicitaient comme beaucoup de Kenyans hier soir du travail de la Commission électorale.

La Commission électorale répond aux critiques

Le chef de la commission électorale kényane (IEBC) s’est également exprimé en fin de matinée. Wafula Chebukati a rappelé que les chiffres mis en ligne n’étaient pas les résultats officiels et que ceux-ci seront donnés après examen des vrais procès-verbaux – papiers – acheminés depuis hier, rapporte l’envoyé spécial de RFI au Kenya, Sébastien Nemeth.

« Le seul problème, qui a été soulevé par l’opposition concerne la transmission des résultats, pas le processus électoral dans son ensemble. C’est pourquoi la commission va aller plus loin et ne se contentera pas des résultats transmis de manière électronique », a précisé Wafula Chebukati au micro de RFI.

« On est en train de faire venir les procès-verbaux originaux pour vérification avant l’annonce des résultats officiels. Il nous reste cinq jours pour le faire et ce sera fait », a-t-il insisté.

Sur les accusations de piratage du système, « Ce ne sont pour l’instant que des allégations », insiste-t-il, promettant par ailleurs une enquête interne. « Des inquiétudes ont été exprimées et nous ne pouvons pas les ignorer. Nous gardons confiance en notre système, mais pour l’instant je ne peux pas vous confirmer ou démentir un piratage informatique », a-t-il également insisté.

Nous gardons confiance en notre système, mais pour l’instant je ne peux pas vous confirmer ou démentir un piratage informatique.
Elections Kenya Kenyatta donné tête Odinga dénonce piratage
Source: RFI

Voir aussi

Décès brutal de l’ambassadeur ivoirien auprès de l’ONU

Share this on WhatsApp  Nations unies (Etats-Unis) – L’ambassadeur de Côte d’Ivoire auprès de l’ONU, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *