Accueil / Politique / Commune du Mandé : Une vingtaine de militants quittent le RPM

Commune du Mandé : Une vingtaine de militants quittent le RPM

 

Des membres du bureau local du RPM dans la commune rurale du Mandé ont claqué la porte pour rejoindre le parti ASMA-CFP. Samedi dernier (6 janvier 2018), les nouveaux adhérents au parti de Soumeylou Boubèye Maïga ont été présentés lors de l’inauguration du nouveau siège de la sous-section du parti. En ligne de mire, la conquête du pouvoir politique local et régional. Selon le représentant des démissionnaires, Dr. Mahamadou Dabo, l’une des raisons de leur départ est que la promotion des cadres n’était pas encouragée au RPM. Mais le plus déterminant est que les anciens membres du RPM disent partager la même idéologie que l’ASMA-CFP. A cause de ces adhésions, l’inauguration du siège de l’ASMA-CFP avait pris un sens particulier pour les responsables du parti dans la commune rurale du Mandé. « Cette vague d’adhésion est une première dans la commune rurale du Mandé, car jamais dans l’histoire politique du Mandé aucun processus d’adhésion n’a atteint un tel nombre tant par la qualité des démarches entreprises ayant abouti à l’adhésion que par la qualité des adhérents aux idéaux du parti », a affirmé le secrétaire général de la sous-section. Les responsables locaux de l’ASMA-CFP sont convaincus que les nouveaux adhérents constituent une chance pour la conquête du pouvoir politique dans la commune.

———-

Lutte contre les conflits intercommunautaires au Mali

L’UNAJEP entend jouer toute sa partition

Le Centre National de Documentation et d’Information sur la Femme et l’enfant(CNDIFE) de Bamako a abrité le vendredi 29 décembre 2017, un atelier de formation des journalistes sur le thème : « journalisme et gestion non violente des conflits ». Cet atelier organisé par l’Union Nationale des Jeunes Editeurs de Presse « UNAJEP » avait pour objectif d’échanger sur les rôles et responsabilités des journalistes dans la prévention, la gestion non violente des conflits et pour la consolidation de la paix. La cérémonie d’ouverture de cet atelier de formation était présidée par le président de l’UNAJEP, Idrissa Dicko, en présence du secrétaire à l’information de l’UNAJEP, Aliou Touré alias Tomota et d’autres membres du l’union. « Le sujet de la gestion des conflits est d’une actualité quotidienne au Mali. La signature de l’accord pour la paix et la réconciliation ainsi que la conférence d’entente nationale participent clairement de cet esprit. Mais les foyers de tension et les frustrations ne sont pas tellement dissipés pour autant. Les violences inter et intracommunautaires continuent de trainer leur lot de victimes dans certaines localités du pays. Au delà de l’action des spécialistes et des consultants, quel peut-être le rôle de chaque citoyen ou groupe de citoyens ? L’UNAJEP s’est interrogée et en tant que regroupement de journalistes, veut comprendre la part de contribution des journalistes dans la gestion des conflits », a indiqué le président de l’UNAJEP, Idrissa Dicko. Dans sa présentation, l’expert en formation, Sadio Sissoko a prôné la paix car selon lui, sans paix, pas de développement.

Commune Mandé vingtaine militants quittent RPM

Source: Le Républicain 

Voir aussi

Election présidentielle du 29 juillet: des maliens dénoncent la pléthore de candidature !

Share this on WhatsApp  L’élection présidentielle prévue pour le 29 juillet prochain arrive à grands …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *