Accueil Société Ras Bath lors des 1ères concertations populaires des comités du CDR :...

Ras Bath lors des 1ères concertations populaires des comités du CDR : «Nous, nous voulons démystifier le pays »

26
0
PARTAGER
Ras Bath 1ères concertations populaires comités CDR voulons démystifier pays

 

Du samedi 24 au dimanche 25 mars 2018, le  Collectif pour la Défense de la République (CDR) a tenu au ‘’Carrefour des Jeunes’’ de Bamako ses toutes premières concertations populaires des comités de base. Pendant deux jours plus  de 800 délégués venus de l’intérieur et de l’extérieur du pays ont réfléchi sur la vision du CDR pour l’alternance 2018. La cérémonie d’ouverture de cette assise  était présidée par le porte-parole du CDR, Mohamed Youssouf  Bathily dit ‘’ Ras Bath’’.

La cérémonie d’ouverture de ces  premières concertations du Collectif pour la Défense de la République(CDR) a   également  enregistré la présence de plusieurs responsables de formations  politiques,  parmi lesquels Tièbilé Dramé (PARENA), Cheick Modibo Diarra (RPDM),  Soumaïla Cissé (URD), Moussa Sinko Coulibaly et d’autres. Ces leaders dans leur intervention respective ont tous exprimé leur souhait pour  l’alternance en 2018.

Le porte-parole du CDR dans son intervention a tout d’abord tenu à faire l’historique du Collectif pour la Défense de la République. Selon lui l’idée est née en 2013  lorsqu’ils étaient tous   membres  du  mouvement les ‘’ SOFAS ‘’, qui a vu le jour  après le Coup d’Etat de mars 2012 pour  la défense de la  sécurité du  pays et le retour à  l’ordre constitutionnel.  Toujours selon lui,  ce mouvement était  essentiellement animé par des artistes. Avec la levée du couvre-feu et l’état  d’urgence, les artistes ont été contraints par des obligations pendant une année, il est donc resté seul avec Alou Keita pour animer ce collectif. «  Or, il n’est pas facile  de parler seul au nom d’une organisation sans leur présence » a-t-il dit

Avec le refus de la France pour l’entrée des militaires maliens à Kidal, ils ont  lancé un appel  à tous les Maliens pour dénoncer l’ambigüité de la politique française et donner un  poids à l’Etat afin  de s’imposer dans les négociations en Alger. C’est ainsi que plusieurs associations se sont  regroupées  pour former le Collectif pour la Défense de la République (CDR).

Il dira qu’après la signature de l’accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger, le CDR s’est donné une nouvelle mission qui est de lutter pour la cause de notre pays : « la cause de la chute du Mali  est la mauvaise gouvernance, et  cela  est dû à la démission du citoyen dans sa mission de contrôle de citoyen » a-t-il déclaré.

Rast-Bath n’accuse pas les dirigeants pour la chute du Mali, mais  les citoyens qui ont démissionné. « 147 députés, 703 maires et 1 seul président, si ceux-ci parviennent à prendre  la part de 17 millions d’individus, on doit  nous accuser nous-mêmes » a-t-il affirmé. Et d’ajouter que : « le Mali n’est gâté pas par les acteurs du mouvement démocratique, mais par l’ensemble des Maliens ».

Pour lui, le citoyen doit chercher le savoir, car selon lui, l’information est capitale dans la construction de l’homme. « Et  l’information a été cachée au citoyen malien parce qu’elle est donnée dans une langue  étrangère, que nous les citoyens ignorons » a-t-il fait savoir.

« Nous, nous voulons démystifier le pays.  Si le pays est connu par le  citoyen, il saura que le pays  c’est à  lui, et  tout ce qui t’appartiens tu ne joueras pas avec » a dit le porte-parole du CDR.

Le CDR et l’alternance !       

Sur la question de l’alternance, le porte-parole du CDR dira que l’alternance c’est le changement de soi, commençant par le  changement de comportement lors des élections. Selon lui les élections  sont  devenues dans notre pays : un marché pour le citoyen,  une opportunité pour enrichir  son  carnet d’adresse,  un moment pour augmenter son capital.

Pour lui, le CDR ne  place  pas son  espoir au président, mais  au peuple à contrôler le président. D’où la tenue de ces concertations pour un changement dans  la façon de réfléchir. Elles seront, le lieu d’évaluation sur la gestion des cinq années passées dans tous les secteurs, voir ce qui a marché et ce qui  n’a pas marché afin d’apporter un changement.

Par Jean Joseph Konaté  

Ras Bath 1ères concertations populaires comités CDR voulons démystifier pays

  

Source : Le Sursaut

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here