Accueil / Politique / Election présidentielle 2018: Les trois motivations du candidat Mamadou Igor Diarra
Mamadou-Igor-Diarra

Election présidentielle 2018: Les trois motivations du candidat Mamadou Igor Diarra

Election présidentielle 2018 trois motivations candidat Mamadou Igor Diarra

 

Dans l’interview qu’il nous a accordée, le célèbre banquier et non moins ancien ministre par deux fois donne comme raisons à sa candidature à la magistrature suprême son patriotisme, sa volonté d’être utile à sa communauté et le souhait de laisser une trace derrière lui. Lisez plutôt.

Monsieur Mamadou Igor Diarra, j’allais dire le banquier, vous n’êtes plus à présenter. Aujourd’hui, vous êtes candidat à la présidentielle prochaine, peut-on savoir le bien-fondé de cette ambition ?

Ma première motivation est le patriotisme. Je ne peux pas rester les bras croisés et regarder mon pays s’enfoncer chaque jour de plus en plus et qui s’oriente dans une sorte de délitement général. L’Etat est absent ou impuissant dans une grande partie du territoire national, où les bandits armés et terroristes sont davantage audacieux. Aucune perspective véritable de sortie de crise ne se dessine et la désillusion est générale. Pire, nos valeurs, nos modes de vie, notre éthique, tout ce qui nous a constitués, sont en train de disparaître au profit de comportements individuels et égoïstes. Les jeunes n’ont aucun espoir et d’une manière générale la moitié de la population vit sous le seuil de pauvreté.

On ne peut pas avancer ainsi. La preuve, le Mali n’avance plus.

Ma seconde motivation est la volonté d’être utile à ma communauté. Le Mali m’a beaucoup donné, ses valeurs m’ont construit et ont fait l’homme que je suis aujourd’hui. Je trouve donc normal de proposer de le servir au niveau le plus élevé et je pense même qu’y prétendre, est un devoir moral.

Enfin, je crois que tout être humain souhaite laisser une trace derrière lui, c’est un peu du domaine de l’instinct, mais je pense que cela compte aussi. J’aimerais que l’on dise de moi que je ne suis pas resté indifférent et que j’ai au moins essayé de me battre.

Vous n’êtes pas un homme politique, vous n’avez aucun appareil politique derrière vous, est ce que ce n’est pas une candidature sur fond de vengeance ou de règlement de comptes ?

L’élection présidentielle est d’abord la rencontre entre un homme et un peuple, je crois d’ailleurs qu’à quelques exceptions près, aucun chef d’Etat du Mali ne disposait d’un puissant parti avant d’accéder à la magistrature suprême. Vous avez raison, je n’ai pas d’appareil politique derrière moi, parce que je ne suis pas un politicien professionnel.

On a fait appel à moi par deux fois pour servir mon pays au niveau du gouvernement et je l’ai fait avec honneur et fierté.

Je crois pouvoir être utile à mon pays parce que je pense avoir quelques compétences, le sérieux requis, le sens moral et une vision pour le Mali, mais je n’en ai jamais fait carrière.

C’est d’ailleurs en partie en réaction à ce professionnalisme politique que je me suis décidé : je veux faire de la politique autrement, et prouver combien un engagement politique peut être noble.

L’absence d’un vieux parti derrière moi serait un handicap si vous résumez la vie politique aux partis qui distribuent seulement argent et tee-shirts, qui, à mon avis, ne répondent plus vraiment aux aspirations des citoyennes et des citoyens de 2018.

Mais moi je pense au contraire que cela me permettrait de conserver mon indépendance de parler directement aux gens, hors de tout carcan. Les jeunes sont moins présents dans les vieux partis dans lesquels, ils n’ont aucune perspective à cause de la présence ininterrompue des anciens. Ils sont plus présents dans les associations, les mouvements citoyens, les grins et sur les réseaux sociaux. C’est là que je les retrouve, où nous échangeons. Ceci dit, plusieurs associations de jeunes et de femmes de l’intérieur et de la diaspora ont bien appelé à ma candidature.

Le Mali dynamique, le Mali entreprenant, le Mali de demain est bien là, pas dans les structures anciennes, à présent largement inadaptées et difficilement audibles.

Et pour répondre à votre question sur la vengeance, excusez-moi, mais je ne la comprends même pas. Me venger de quoi, de qui, et pourquoi ? D’autres confrères m’ont posé la même question, en qualifiant ma candidature de trahison vis-à-vis du pouvoir actuel. Ce sont des chimères véhiculées par des gens qui n’ont rien à proposer. Je n’ai jamais prêté allégeance à un parti, encore moins à une personne. N’ai-je pas le droit de proposer une offre politique distincte à mes compatriotes ? Non, plus sérieusement et pour illustrer toute absence d’amertume de mes entrées et sorties des différents gouvernements, il faut comprendre que je viens du secteur privé, où il est tout naturel de faire appel à des compétences précises pour un temps donné, puis de s’en séparer lorsque la conjoncture change. C’est comme cela que ça fonctionne, pour la bonne marche de l’entreprise. L’Etat devrait fonctionner avec cette même logique ; mais trop de gens pensent avoir des droits parce qu’ils ont eu un jour telle ou telle prérogative, fonction ou rôle, au sein de l’appareil public.

Le monde moderne ne fonctionne pas ainsi et il est temps d’en prendre conscience.

Quels sont véritablement vos atouts pour éviter un faible score, dégradant pour votre belle image de banquier rigoureux ?

Je ne connais qu’un principe, être en action et tout tenter pour réussir. Ce qui serait vraiment dégradant, pour reprendre votre terme, c’est de ne pas avoir essayé.

Je parle avec mon cœur, j’agis avec mon cœur, j’écoute avec mon cœur.

Je suis totalement sincère et je pense que les gens sentent cette sincérité. Je dis la vérité, pas ce que les autres souhaitent entendre, et je suis convaincu que le Mali d’aujourd’hui peut désormais entendre un discours de vérité et de sincérité, j’en ai eu la confirmation en visitant nos grandes villes et nos villages, nos concitoyens sont capables de surprise lors du vote à venir, car ils ont beaucoup souffert ces dernières années et craignent pour le futur.

Donc peu importe le résultat, la belle image à laquelle vous faites allusion ne s’est pas faite en un jour, mais au cours de plusieurs années : pour le moment, j’agis en toute indépendance et je trace mon chemin avec mes équipes et tous ceux qui ont foi en moi.

Etre en action, c’est être vivant.

Et je crois que si on se posait ce genre de question, on ne ferait pas grand-chose dans la vie.

Quoiqu’il en soit, vous avez quand même des idées, peut-on savoir vos propositions en matière sécuritaire ?

Mes propositions en matière de sécurité sont détaillées dans mon programme qui sera disponible en ligne dans les prochains jours, mais ce que je voudrais d’abord dire, c’est que je pense indispensable et urgent de refonder le lien entre les soldats et la population. La motivation est en effet la condition à tous nos succès futurs.

Aujourd’hui, nos soldats doutent car ils ne sentent pas le pays derrière eux, encore moins leurs propres chefs. Dans ces conditions, comment leur reprocher de se poser des questions ?

Parallèlement à la résolution de cette problématique essentielle, je pense qu’il faut véritablement reposer le problème de notre stratégie militaire et reconstruire une dynamique qui puisse concrètement fonctionner.

Le conflit semble très loin de Bamako et de ses instances dirigeantes, et on a l’impression que personne ne se presse vraiment. Mais méfions-nous, la situation se dégrade, elle se complique et le nombre de kilomètres se réduit. Il est grand temps de reprendre les choses en main, de consacrer efficacement une partie importante de nos ressources à la protection et à la sécurisation de notre pays.

L’économie malienne se porte bien, le président ivoirien a salué ses performances, sa résilience, malgré la guerre, avez-vous une option différente de celle que Boubou Cissé est en train de mettre en œuvre ?

Les performances d’une économie, sont le fruit de mesures et actions de plusieurs années, y compris de mes prédécesseurs. La vision stratégique en cours est celle du CREDD (Cadre stratégique pour la Relance Economique et le Développement Durable) initié en 2015. Par ailleurs dans ce domaine, je suis bien placé pour apprécier, il y a les chiffres et la réalité, vous avez certainement visité les autres pays de la sous-région, notamment la Côte d’Ivoire d’où vous venez, ensuite le Sénégal et même le Benin, ces pays sont en chantier et s’organisent pour l’émergence, pensez-vous que l’économie malienne, n’aurait pas pu mieux faire au vu de notre potentiel ?

Par ailleurs la guerre, si l’on veut utiliser cet argument pour justifier l’effort, n’a jamais touché le sud du pays, qui reste le moteur économique de notre pays. Ces appréciations sont donc à relativiser car je ne suis pas certain que cet avis soit partagé par tous. La vie de nos concitoyens est au contraire de plus en plus dure, les prix continuent à augmenter, le montant des instances de paiement des entreprises auprès du trésor public s’accumulent, le déficit budgétaire a triplé en deux ans pour atteindre près de 370 milliards, l’emploi est rare et tout le monde cherche à se débrouiller comme il peut, c’est ça la réalité.

Je suis par contre d’accord lorsque vous parlez de résilience, mais cette résilience n’est pas le fait d’une quelconque action de l’Etat. C’est au contraire le fait de nos concitoyens, ingénieux, entreprenants et astucieux, qui cherchent et trouvent des solutions pour continuer à nourrir leurs familles. L’Etat n’y est pour rien et c’est à eux qu’en revient le mérite.

Mamadou Diarra Igor président, quel serait les actions urgentes à mettre en oeuvre dans le premier semestre ?

Dans mon programme, la première priorité est la reconstruction d’un Etat agissant et la mise en place de nouvelles relations entre le citoyen et les représentants de cet Etat. Dans ces temps où personne ne croit plus en rien, je pense qu’il est très important de mobiliser les gens autour d’un nouveau pacte citoyen.

Oui, changer les choses est possible, maintenant et tous ensemble.

Et cela se traduira sans délai par des décisions très concrètes : transparence de gestion, fin des privilèges et des passes droits, sobriété, travail et sérieux à la tâche. Place à la culture du résultat et de la performance, tous les responsables qui travailleront avec moi devront rendre des comptes publiquement, et moi le Premier !

Oui, c’est ce que je ferai en premier lieu, recréer le lien entre le citoyen et l’Etat et mettre mon pays au travail.

Quels sont vos rapports avec le président IBK ?

Je n’ai aucun rapport spécial avec le Président en ce moment et je n’ai pas de raison particulière d’en avoir : je ne suis plus au gouvernement, mais comme le veut la tradition, j’ai informé son cabinet de mon retour définitif au pays.

Il n’y a pas lieu de mettre du sentimentalisme dans les rapports professionnels ou politiques, ce n’est pas le sujet. Il faut seulement respecter tout le monde, et le débat serait sans doute plus sain et plus productif si tout le monde le faisait vraiment.

C’est en tous cas ma ligne de conduite et je crois que c’est aussi la sienne.

Dans certains milieux, on vous reproche d’être un opposant mou, qui ne critique pas assez le pouvoir. Partagez-vous cet avis ?

Non, bien sûr. Mais je crois que cela vient du fait que je ne conçois pas la politique comme une guerre. Je pense que l’on peut exprimer des idées, ne pas être d’accord avec les autres, y compris en utilisant des mots durs, tout en restant respectueux d’autrui. Ce sont mes valeurs, j’ai été élevé puis formé ainsi, et je pense sincèrement que celles-ci doivent être respectées.

D’ailleurs, votre question est assez amusante car j’ai toutes les réputations, sauf celle d’être mou ! On me reproche souvent d’être trop dur, et très rapide mais jamais, à ma connaissance, d’être mou. C’est bien la première fois que l’on me dit cela…

Accepteriez-vous, en cas de victoire d’IBK, intégrer le nouveau gouvernement qui sera mis en place ?

Encore une fois, il ne faut pas personnaliser.

Je ne me projette pas dans ce genre de calcul, j’aurai pu faire plus simple en restant dans son gouvernement en 2016 puisque la proposition m’en avait été faite. Je vais vous parler franchement, je vois difficilement un Mali en paix après les élections, sans un gouvernement de type union nationale regroupant plusieurs sensibilités de notre pays. Cela n’a donc rien à voir avec le Président qui serait élu. Président, Premier Ministre ou Ministre, moi je veux agir pour mon pays, le sortir du trou où il s’enfonce jour après jour et lui insuffler une nouvelle dynamique qui recrée l’espoir.

Si vous êtes battu à la présidentielle, quel sera votre avenir politique, retourneriez-vous à vos anciens amours, la banque, ou créeriez-vous un parti politique pour l’animer et attendre votre tour ?

Vous vous imaginez bien que je ne suis pas venu en vacances, et considère d’ailleurs que, j’ai assez donné pour le système bancaire qui reste un monde professionnel merveilleux, qui regorge beaucoup de jeunes talents, qui l’animeront. Honnêtement, je ne suis pas du tout dans cette réflexion. Je me bats pour gagner, pour faire triompher mes idées, la suite on verra…

Entretien réalisé par ChahanaTakiou

Election présidentielle 2018 trois motivations candidat Mamadou Igor Diarra

 

Source : 22 Septembre

Voir aussi

Au stade du 26 mars le dimanche dernier : IBK et alliés font une démonstration de force

Share this on WhatsApp  Pour le lancement des campagnes électorales d’IBK, Candidat de la plateforme …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *