Accueil / Opinions / Inculpés « d’atteinte à la sureté intérieure de l’état, emploi illégal d’arme de guerre et complicité » lors des évènements du 30 avril 2012 : Le Colonel Abidine Guindo et trois officiers bérets rouges bientôt sous les verrous pour compléments d’information

Inculpés « d’atteinte à la sureté intérieure de l’état, emploi illégal d’arme de guerre et complicité » lors des évènements du 30 avril 2012 : Le Colonel Abidine Guindo et trois officiers bérets rouges bientôt sous les verrous pour compléments d’information

 

« Chacun à son tour chez le coiffeur », dit-on. Cette assertion rime parfaitement avec les derniers développements dans l’affaire des évènements malheureux que notre pays a connus dans la nuit du 30 avril au 1ermai 2012, caractérisés par l’affrontement sanglant entre les différentes composantes de l’Armée malienne, notamment les éléments du 33ème Régiment des commandos parachutistes (bérets rouges) et les éléments des autres services de défense et sécurité (Bérets verts, la Garde nationale, la Gendarmerie nationale, la Police nationale).

 Si depuis ces évènements malheureux, le camp dit des Bérets verts était le seul inquiété par des procédures judiciaires, la peur semble changer de camp depuis l’audience du 20 février de la Chambre d’accusation de la Cour d’Appel de Bamako car celle-ci vient de délivrer un mandat d’arrêt contre le colonel Abidine Guindo, le lieutenant-colonel Louis Somboro, les capitaines El Hadji Sékou Diakité et Békaye Bafa Samaké (les deux derniers ont tous accédé au grade de commandant) pour complément d’information. Notons qu’ils ont été tous inculpés par la Chambre d’accusation « d’atteinte à la sureté intérieure de l’État, emploi illégal d’arme de guerre et complicité ».

De l’arrêt de la Chambre d’accusation, il ressort que dans la journée du 30 avril 2012, le colonel Abidine Guindo, sous prétexte des menaces contre sa personne, a fait sonner l’alerte au niveau du 33ème Régiment des commandos parachutistes du Camp para de Djicoroni. « Ce dernier avec l’aide de certains officiers, dont son adjoint direct, le lieutenant-colonel Louis Somboro, le capitaine Békaye Bafa Samaké et le capitaine El Hadj Sékou Diakité, concoctaient le plan d’attaque qui devrait leur donner l’avantage sur la junte militaire connue sous le nom du Cnrdre dirigé par le capitaine Amadou Haya Sanogo », peut-on lire dans l’arrêt de la Chambre d’accusation.

Ainsi, précise le document, pendant que le colonel Abidine Guindo et Louis Somboro coordonnaient les équipes, celles-ci montaient à l’assaut de l’Aéroport sous le commandement du capitaine Alou Ongoïba, de l’Ortm sous les ordres du capitaine Békaye Bafa Samaké et le camp de Kati sous l’égide du capitaine El Hadj Sékou Diakité.

Au cours de l’audience, les juges de la Chambre d’accusation ont estimé que les officiers Louis Somboro, Békaye Bafa Samaké et El Hadj Sékou Diakité sont au cœur de ces évènements douloureux en même temps que le colonel Abidine Guindo. Aussi, l’arrêt indique que ceux-ci ont pris la fuite pour échapper aux poursuites judiciaires.

C’est ainsi que la Chambre d’accusation a décidé de décerner un mandat d’arrêt contre ces officiers pour complément d’information. Ce, en application des dispositions de l’article 203 du Code de procédure pénale (Cpp) qui stipule que « la Chambre d’accusation peut, dans tous les cas, à la demande du Procureur général, d’une des parties ou même d’office ordonner tout acte d’information complémentaire qu’elle juge utile… ». À cet effet, le conseiller Boniface Sanou a été désigné pour exécuter cette décision de la Chambre d’accusation.

Aussi, l’arrêt n° 59 de la Chambre d’accusation de la Cour d’Appel de Bamako révèle que « considérant qu’aucun mandat n’a été décerné contre les inculpés par le magistrat instructeur bien qu’ayant des adresses connues. Considérant qu’il résulte du dossier qu’un acte substantiel n’a pas été accompli. Que cette information doit être remplie avant toute transmission de la procédure au Procureur général. Qu’il apparait donc, à l’analyse du dossier, que l’information n’est pas terminée et qu’en conséquence, pour la manifestation de la vérité, il convient d’ordonner un complément d’information pour y procéder ». Les prochains jours seront déterminants dans l’issue de cette procédure qui contribuera à la manifestation de la vérité.

Inculpés d’atteinte sureté intérieure état, emploi illégal arme guerre complicité évènements 30 avril 2012 Colonel Abidine Guindo trois officiers bérets rouges bientôt verrous compléments information

Affaire à suivre !

Source: Aujourd’hui-Mali

Voir aussi

En un mot : Justice très sélective

Share this on WhatsApp  Selon que l’on soit proche ou opposé au pouvoir, le traitement …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *