Accueil Nord du Mali Diplomate français : «Nous nous sommes trompés sur les Touareg !»

Diplomate français : «Nous nous sommes trompés sur les Touareg !»

13
0
PARTAGER

Analysant la situation qui prévaut au Mali, à l’aune des derniers développements qui confirment l’enlisement de l’armée française dans ce pays, Michel Raimbaud, ancien ambassadeur de France dans trois pays africains, considère que son pays «paye aussi bien ses illusions que celles de ses partenaires africains».

Dans un entretien à l’agence russe Sputnik, ce diplomate, auteur de l’ouvrage Tempête sur le Grand Moyen-Orient (2017), juge que la situation est d’autant plus difficile que les liens entre la rébellion touarègue et les islamistes sont ténus. «Il y avait une porosité quasi totale entre les groupes indépendantistes dits démocratiques et les groupes islamistes» que les Français n’ont pas su déceler, explique-t-il.

Faisant une rétrospective des événements, le diplomate français estime que «l’objectif de certaines organisations, plus que l’indépendance de l’Azawad, c’était d’établir un régime islamique fondé sur la charia à Bamako». Il rappelle qu’en janvier 2013, parmi les convois qui fonçaient sur Bamako, au moment du déclenchement de l’opération Serval par François Hollande en réponse à l’appel du président malien, «les insurgés touaregs se mêlaient aux djihadistes d’Ansar Dine, et ce malgré leurs désaccords de fond sur l’application stricte de la charia».

Pour Michel Raimbaud, la décision de s’allier au MNLA afin de combattre les djihadistes dans les Ifoghas résulte d’une «illusion, d’une incompréhension du problème», qui n’est pas simplement due à la complexité de la crise malienne. Selon lui, «l’une des grandes erreurs des ex-puissances coloniales – c’est inscrit dans leur ADN, cela fait partie de leur héritage politique et culturel –, c’est de considérer qu’il y a une forme de frontière génétique en Afrique entre le monde arabe et le monde africain. Or non, ce n’est pas vrai, le Sahara n’est pas une frontière, c’est une zone de passage et de contact, c’est une « zone vivante », comme disent les Africains».

Précisant sa pensée, le diplomate français soutient que «du point de vue religieux, il n’y a pas une Afrique du Nord arabe qui serait musulmane – ce qu’elle est – opposée à une Afrique subsaharienne qui ne serait pas musulmane, ce n’est pas vrai, il y a une bonne partie de l’Afrique occidentale, notamment toute la région du Sahel, très très largement islamisée et donc où l’islam est la religion principale».

Diplomate français Nous nous sommes trompés Touareg


R. M.

Source: algeriepatriotique.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here