Accueil Sports Comité de normalisation de la Femafoot : Mme Daou Fatoumata Guindo dite...

Comité de normalisation de la Femafoot : Mme Daou Fatoumata Guindo dite “Mimi” dos au mur !

44
0
PARTAGER

Ça chauffe chez Mme Daou Fatoumata Guindo dite “Mimi” qui veut se maintenir à la tête du Comité de normalisation de la Fédération malienne de football. Une dizaine de clubs de 1ère division ne sont pas prêts aujourd’hui à jouer les compétitions organisées par le Conor. Ils veulent le départ pur et simple de Mimi et son équipe à partir du 31 octobre. Pour ce faire, le Conor doit tout faire pour tenir l’Assemblée générale élective. 

Rien ne va plus au niveau du Comité de normalisation mis en place en janvier 2018 par la Fifa pour gérer les affaires de la Fédération malienne de football. Après une prolongation de 6 mois, le mandat de Mme Daou Fatoumata Guindo et son équipe doit définitivement prendre fin le 31 octobre prochain. Pour ce faire, une Assemblée générale élective doit se tenir afin de mettre en place un nouveau Comité exécutif de la Fédération malienne de football. A trois semaines de la fin du mandat, rien n’est clair pour le moment. C’est le flou total. Jusqu’à présent, personne ne sait si l’élection aura lieu ou pas. Et “Mimi” ne donne aucune information aux acteurs du football. Ce qui a déjà un doute sur l’intention de “Mimi” de se maintenir au pouvoir.

Cette affaire de prolongation du mandat a également créé un malaise entre les membres du Comité de normalisation. Ce qui fait qu’il existe aujourd’hui deux clans. Il s’agit de ceux qui veulent se maintenir et de ceux qui veulent que l’élection se tienne pour partir. Parmi ceux qui veulent sortir par la grande porte figurent l’ancien ministre Me Mamadou Gaoussou Diarra, l’ancien président du Stade Malienne de Bamako, Mahamadou Samaké dit Sam et Loséni Bengaly. Seuls Mme Daou et Youssouf Diallo sifflent dans la même trompette.

Partira, partira pas ? En tout cas, les clubs ont finalement décidé de rentrer dans le match car ils veulent le départ pur et simple du Comité de normalisation à partir du 31 octobre prochain. D’ores et déjà, une dizaine de clubs de 1ère division ont adressé, chacun, une lettre de protestation à “Mimi”. Ces clubs ne sont pas prêts aujourd’hui à jouer les compétitions organisées par le Conor.

Notons que le “fameux” procès contre la Fédération malienne de football devant le Tribunal Arbitral du Sport (TAS) a finalement eu lieu le 27 septembre dernier, à Lausanne. Il s’agit d’une “ancienne plainte” réchauffée par les frondeurs du football malien à savoir Yéli Sissoko et consorts dans le but d’annuler les décisions de l’Assemblée générale extraordinaire de la Fédération malienne de football tenue à Sikasso, dans le cadre de l’application de la sentence du TAS. C’était sous Boubacar Baba Diarra. En réalité, ce dossier est vide. Et cette plainte devait être irrecevable au niveau du TAS.

Lors du procès, les frondeurs étaient représentés par Yéli Sissoko du Djoliba et Moussa Konaté, président du Club Olympique de Bamako (COB). Tandis que Me Mamadou Gaoussou Diarra, Youssouf Diallo et Me Moustaphe Sow répondaient au nom de la Femafoot.

Le but de cette plainte n’est autre que de faire retarder la tenue de l’Assemblée générale élective. Il s’agissait de gagner du temps jusqu’à ce que le verdict du TAS tombe, parce que le climat n’est pas favorable pour que Sahala Baby soit président de la Fédération malienne de football. Comme disait Mme Daou, “aujourd’hui, il y a un candidat qui a toujours la majorité”.  Il s’agit bien de Mamoutou Touré dit Bavieux. Voilà pourquoi cette élection pour la présidence de la Fédération malienne de football (Femafoot) risque de ne pas avoir lieu. Tout le combat, c’est de tout faire pour barrer la route à Bavieux.

El Hadj A.B. HAÏDARA

 

Pour la tenue de l’assemblée générale élective :

Le collectif des supporters s’indigne contre la lenteur du Conor ! 

Les membres du collectif des supporters des 13 clubs de Ligue I, II, III football féminin et de footballeurs en activités ont aminés un point de presse, le samedi 29 septembre dernier, dans la salle de conférence du terrain de l’AS Réal de Bamako sis à Djikoroni Para. L’objectif de ce point de presse était de faire part de leur indignation contre la lenteur du Comité de normalisation (Conor) dans la tenue de l’assemblée générale élective de la Fémafoot.

Le point de presse était animé par Binafou Sylla, président du collectif des supporters des 13 clubs de Ligue I, II, III football féminin et de footballeurs, en présence de Ousmane Diakité dit Maraka, président des supporters du Stade malien de Bamako, ainsi que de plusieurs membres dudit collectif. Le mandat du Comité de normalisation du football a été prorogé en avril dernier par la Fifa pour 6 mois. La fin de ce deuxième mandat s’approche, mais jusque-là les membres du Comité n’arrivent toujours pas à rassurer les acteurs du football de la tenue de l’Assemblée générale élective de la Fémafoot, ainsi que leur éventuel départ des affaires du football. Cet état de fait inquiète les acteurs du football, surtout les supporters, d’où l’organisation de ce point de presse afin d’exprimer leur indignation contre la lenteur du Conor dans la finalisation de sa feuille de route.

Selon Binafou Sylla, président du Collectif, la situation actuelle du football malien est chaotique. “Nous sommes indignés de l’état du football malien. Notre regroupement avait alerté l’opinion nationale et internationale par rapport à l’avènement du Conor au Mali pour résoudre la crise du football. Depuis l’arrivée du Conor à la tête du football malien, les choses ne font qu’empirer. Après la mise en place de la ligue de Bamako et Ségou, le Conor doit convoquer Assemblée générale afin de mettre en place un bureau légitime à la tête de la Fémafoot, mais jusqu’ici on ne voit rien. Je pense que la présidente du Conor est très mal conseillée par ses collègues. Eux qui sont censés connaitre les contours de ce dossier ne font rien pour accélèrer les choses. Je pense que la mauvaise foi semble prévaloir au sein de ce Comité de normalisation qui semble être attiré par le goût de l’argent que l’avenir de fils du pays”, a-t-il laissé entendre, avant d’ajouter qu’il attend à ce que le Conor convoque l’Assemblée générale élective le plus rapidement possible afin de mettre en place un bureau légitime. Pour Ousmane Diakité dit Maraka, président des supporters du Stade Malien de Bamako, à la lecture des choses, la présidente et les autres membres du Conor, n’ont pas l’intention de quitter la gestion du football. “Nous précisons que s’ils refusent de quitter à la tête de la Fédération le 30 octobre prochain, ils nous trouveront sur le chemin. Il y a quelques semaines de cela que nous voulions organiser une marche pacifique pour montrer notre indignation par rapport à la lenteur du Conor dans la mise en place d’un bureau légitime, mais on nous demandé de sursoir, vu l’état actuel du pays. Mais si le Conor reste toujours dans sa dynamique de s’éterniser là-bas, nous allons marcher jusqu’à ce qu’il quitte”, dit-il.

Comité normalisation Femafoot Mme Daou Fatoumata Guindo dite Mimi dos au mur

Mahamadou TRAORE

Source: Aujourd’hui-Mali

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here