Accueil Afrique Burkina: Procès putsch de 2015

Burkina: Procès putsch de 2015

133
0
PARTAGER

– J’ai créé le quartier général de soutien du CND
– chaque manifestant recevait 5000 francs Cfa/jour avec une miche de pain et une boite de sardine
– Même à la présidence il y a un chargé de mission qui a été mon étudiant (Ousseni Fayçal Nanéma)

Ousseni Fayçal Nanema, militant du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) est accusé dans le dossier du putsch d’avoir organisé avec d’autres jeunes l’incendie et le saccage du domicile du défunt président de l’Assemblée nationale Salifou Diallo, et d’avoir recelé des objets volés chez lui. L’accusé ne cache pas son soutien au coup d’Etat mais ne reconnaît pas les faits qui lui sont reprochés.

A la barre, il explique les raisons de son adhésion aux idéaux des putschistes et dit s’être senti concerné par l’une des décisions du CND. Cette décision concerne l’organisation d’élections inclusives puisqu’il estime que des membres de son parti avaient été exclus avec une loi dite « chérif « .

« Je me suis senti concerné et je balançais sur les réseaux sociaux un appel à la mobilisation. J’ai créé le Quartier général de soutien du CND », a déclaré Ousseni Fayçal Nanéma qui ajoute que « chaque manifestant recevait 5000 francs CFA par jour et à partir du 19 septembre 10 000 francs CFA avec une miche de pain et une boite de sardine ».

En ce qui concerne l’incendie du domicile de Salifou Diallo qu’il appelait affectueusement « parrain », il dit s’y être rendu le 17 septembre. D’après lui, il aurait même empêché des jeunes d’accomplir leur forfait mais la maison sera finalement incendiée le 18 septembre. Sur le chemin de retour, il dit s’être arrêté au niveau du rond-point des martyrs où il a acheté des objets issus du pillage du domicile de Salifou Diallo. « J’ai acheté un sac à main, un fer à repasser et une statuette. C’est le 19 septembre que j’ai su que ce matériel venait du saccage de la maison de mon parrain  » explique-t-il.

Les 500 000 francs CFA de de l’épouse de l’ex ministre de la sécurité Jérôme Bougouma

L’accusé déclaré avoir reçu un appel d’Alima Kaboré épouse de l’ancien ministre de la sécurité Jérôme Bougouma (incarcéré à la MACA à l’époque). Son interlocuteur lui a fait part de son inquiétude parce que la mobilisation pour la manifestation de soutien au coup n’était pas conséquente. « Elle m’a dit de venir prendre 5 millions pour renforcer la mobilisation. Comme son mari est en prison, Elle voulait nous motiver à aller libérer les prisonniers à la MACA. Je lui ai dit que je ne connaissais pas chez elle et elle a envoyé quelqu’un nous donner 500 000 francs CFA », a déclaré l’accusé.

Fayçal, le génie en politique sans diplôme

Fayçal se présente comme un leader politique, ayant beaucoup d’amis politiciens parmi lesquels l’ex président béninois Yayi Boni et l’actuel président du Sénégal Macky Sall mais également un formateur en politique. « Il n’y a pas un seul parti politique au Burkina où il n’y a pas mes étudiants en politique. Même à la présidence il y a un chargé de mission qui a été mon étudiant ». , a-t-il ajouté.

A la question du parquet de savoir dans quel institut il donne ses formations en idéologie politique il répond : « La vraie formation politique, on n’a pas besoin d’institut ».
« Votre école c’est donc dans la rue ? Savez-vous qu’il y a une formation en science politique à l’université de Ouagadougou? « , lui demande à nouveau le parquet. « Même dans la rue, on peut avoir des choses utiles. Même le président du Faso n’a pas fait cette formation », a-t-il rétorqué.

Burkina Procès putsch 2015

Faridah Élodie Sawadogo

Source: Radio Omégafm

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here