Accueil Afrique Côte d’Ivoire: Guillaume Soro soutient le maire élu du Plateau Jacques Ehouo

Côte d’Ivoire: Guillaume Soro soutient le maire élu du Plateau Jacques Ehouo

74
0
PARTAGER
Guillaume Soro

En Côte d’Ivoire, nouveau rebondissement dans le feuilleton politico-judiciaire autour de la mairie du Plateau à Abidjan. Guillaume Soro, le président de l’Assemblée nationale, a apporté ce dimanche 13 janvier son « soutien » au député PDCI et maire élu du Plateau Jacques Ehouo. Ce dernier a été inculpé jeudi 10 janvier par la justice ivoirienne pour détournement de fonds. Dans la foulée, le parquet a demandé au bureau de l’Assemblée nationale d’autoriser son arrestation. Le même jour, ce même bureau a réclamé une suspension des poursuites. Depuis le début de cette affaire, le PDCI ne cesse de dénoncer un complot politique visant à empêcher Jacques Ehouo d’installer son conseil municipal. Dans ce bras de fer, Jacques Ehouo a donc reçu ce dimanche un soutien de taille.

Une visite de « fraternité et de solidarité », pour « mieux s’informer de la situation », c’est ainsi que Guillaume Soro a justifié sa venue dimanche au domicile de Jacques Ehouo.

Face à la presse, entouré du député PDCI et maire élu du Plateau et d’autres députés dont Maurice Kakou Guikahoué, également secrétaire exécutif du parti d’Henri Konan Bédié, Guillaume Soro a expliqué avoir été saisi par le procureur dans cette affaire en sa qualité de président de l’Assemblée.

« Lorsqu’un député est en difficulté, il y a la nécessité de la solidarité pour l’institution elle-même », a déclaré Guillaume Soro. Jacques Ehouo « a le soutien du président de l’Assemblée nationale ».

Toutefois, « il n’est pas question de nous dérober ni à la justice ni à nos responsabilités », a-t-il précisé. Pour Guillaume Soro, le dossier Jacques Ehouo devra donc être étudié par les députés qui se réuniront pour aboutir à une position commune. « Cela n’arrive pas qu’aux autres », a déclaré le président de l’Assemblée nationale, dont l’un des proches, le député Alain Lobognon, est aussi dans le viseur du parquet. Avant de conclure : « Je suis là au nom de l’Assemblée nationale pour dire qu’il n’est pas bon de donner le sentiment d’un harcèlement ».

RFI

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here