Accueil Afrique A la Une: de plus en plus de doutes sur la victoire...

A la Une: de plus en plus de doutes sur la victoire de Tshisekedi en RDC

156
0
PARTAGER
Félix Tshisekedi proclamé vainqueur de l'élection présidentielle, le 10 janvier 2019. REUTERS/Baz Ratner/File Photo

Félix Tshisekedi est-il vraiment le nouveau président élu des Congolais ? « Polémique après des révélations accablantes », s’exclame le site d’information congolais Politico CD. Polémique provoquée notamment par une fuite de documents de la CENI, la commission électorale. « Ces milliers de pages analysées par un groupe de médias étrangers, précisePolitico CD, le Financial Times, TV5 Monde et RFI, en collaboration avec le GEC, le Groupe d’études sur le Congo, un institut de recherche de l’université de New York, ces milliers de pages indiquent que le vainqueur n’est pas celui annoncé par la CENI. Le premier document, une base de données attribuée à la CENI, porte sur 87% des suffrages exprimés. Le second a été produit par la Conférence épiscopale, la CENCO, et portent sur 42,92% des voix. Tous deux consacrent une large victoire de l’opposant Martin Fayulu (entre 59 et 62% des voix), contrairement aux résultats provisoires donnant Félix Tshisekedi victorieux. Alors que le camp de Fayulu encense ces publications, relève encore Politico CD, le pouvoir congolais et le camp de Tshisekedi accusent ces médias de ‘manipulation. »

Des données rendues publiques…

En effet, confirme Cas-Info, autre site d’information congolais, « À l’UDPS, parti de Félix Tshisekedi, le vainqueur officiel du scrutin, on s’en amuse. Il faudrait, estime Toto Mabiko, un conseiller de Félix Tshisekedi, que les données en question soient mises sur la place publique. ‘Quand on fait une analyse, il faut mettre ces données à la disposition d’autres personnes pour qu’elles confrontent cette vérité’, a-t-il déclaré. »

Et bien justement, hier en fin d’après-midi, toutes les données en question ont été rendues publiques sur les réseaux sociaux. Chacun peut donc reprendre les calculs…

Pourquoi ne pas recompter ?

« Où est donc la vérité ?, s’interroge Le Pays au Burkina. Du côté de la CENI qui, par ses méthodes et autres bourdes antérieures, avait suffisamment prêté le flanc pour qu’on doute de sa neutralité et de son impartialité dans ce processus électoral ? Ou bien du côté de la Conférence épiscopale du Congo, véritable poil à gratter du régime congolais, du GEC et de ces médias occidentaux, qui auront travaillé sur la base de documents provenant… du serveur de la CENI ? En tout cas, pointe le quotidien ouagalais, les regards sont tournés à présent vers la Cour constitutionnelle auprès de laquelle le candidat Martin Fayulu qui ne cesse de clamer haut et fort, sa victoire, a déposé un recours. Reste à savoir si les juges appelés à se prononcer, craindront le Ciel. »

Et « pourquoi, s’interroge Le Paysne pas se montrer favorable à un recomptage des bulletins de vote, aux fins de tirer l’affaire au clair, comme l’avait, du reste, récemment suggéré – même s’il s’est ravisé par la suite – le président zambien par ailleurs président en exercice de la SADC, Edgar Lungu ? »

Chantage de Kinshasa ?

Pour Afrikarabia, site spécialisé sur la RDC, il n’y a aucun doute : « la fraude électorale éclate au grand jour. (…) Ces révélations des Congoleaks changent clairement la donne. Du côté du pouvoir encore en place à Kinshasa, on fait mine d’ignorer ce qui est considéré comme ‘une énième ingérence étrangère dans le processus électoral congolais’. (…) Pour contrer le choc de ces révélations, et imposer la victoire de Félix Tshisekedi, Kinshasa tente d’accentuer la pression sur l’ONU, les pays de la région et les occidentaux, qui prônent tous un recomptage des voix. Pour cela, la coalition pro-Kabila martèle que la Cour constitutionnelle et la CENI n’auront que deux choix possibles : valider les élections ou annuler le scrutin et faire revoter les Congolais. L’invalidation du scrutin est présentée par Kinshasa comme extrêmement risquée dans ce contexte de tensions post-électorales. »

En fait, poursuit Afrikarabia, « pour le FCC de Joseph Kabila, l’option Tshisekedi ‘arrange tout le monde’ et éviterait que la crise politique ne dégénère en violences. Un chantage qui fait pour l’instant hésiter les chancelleries occidentales, très attachées à la stabilité du grand Congo. (…) Alors, conclut Afrikarabia, soutenir le partage du pouvoir ou faire retourner devant les urnes les Congolais, le dilemme est cornélien pour les pays partenaires de la RDC… et il n’est pas encore tranché. »

Source: RFI

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here