Accueil Sante Hôpital Gabriel Touré : Le DG Kassim Sanogo sur la sellette !

Hôpital Gabriel Touré : Le DG Kassim Sanogo sur la sellette !

191
0
PARTAGER

Le secteur de la santé semble avoir peu de considérations au Mali. Cela peut se voir à travers les dysfonctionnements patents  au sein de l’hôpital Gabriel Touré. Des difficultés d’accès à des matériels de qualité, des pannes suivies d’arrêts incroyables des machines, des vols et détournements flagrants des patients, des détournements inimaginables d’argent encaissés dudit hôpital, l’encouragement et la promotion de « l’incompétence et de la cleptomanie » de toute forme…à  tel point que rien ne bouge encore au sein de cet hôpital. C’est en tout cas ce qu’a dénoncé Djimé Kanté, secrétaire général du comité syndical dudit hôpital lors de son passage à l’émission « les Grands Dossiers » du chroniqueur Ras Bath.

Le plus grand hôpital du Mali en termes de fréquentation, Gabriel Touré risque, selon Djimé Kanté, d’aller en faillite. Causes : la négligence et le manque de volonté  des autorités à réparer les machines en panne,  à défaut d’acheter des nouvelles pour la garantie d’une meilleure condition de soins au peuple du Mali.  « L’état de cet hôpital est tellement dégradant que ça ne donne aucunement l’intention à un bon berger de soigner son animal à forte raison  des hommes », a fustigé le syndicaliste Djimé Kanté.

Selon lui, l’état de  cet hôpital est tellement déplorable que les patients dorment avec des rats, des souris et des cafards sur le même lit dans les différentes salles de soins. Ce, sans oublier qu’en ce qui concerne l’hôpital Point-G, les chiens ont déjà fait de cet endroit un lieu d’habitat. Aux dires de Djimé, pour un problème d’environ  20 000 F CFA, l’unique appareil de fibroscopie (appareil pour les maux d’estomac) de l’hôpital Gabriel Touré  se trouve actuellement en arrêt. Au sein du Gabriel Touré, il y’a manque d’analyse Goutte épaisse, en plus du manque d’ampoules pour un autre appareil servant à faire des analystes biochimiques. Les employés en charge du laboratoire de cet hôpital ne travaillent plus selon Djimé Kanté. Or, témoigne le syndicaliste, le fonctionnement normal de cet appareil biochimique peut permettre de faire en une seule journée plus d’une trentaine d’analyses. Aussi, dévoile-t-il, pour le cas dudit appareil biochimique arrêté il y a plus d’un mois, la dépense n’excède pourtant pas un montant de 100 000 F CFA. Cet hôpital Gabriel Touré, aussi considéré comme celui d’urgence, reste actuellement privé des examens d’urgences tels que l’échographie, la fibroscopie, le scanner, coloscopie et E C G.

À entendre le secrétaire général du comité syndical de CHU Gabriel Touré, l’état de la dégradation de ce grand hôpital public fait que, pour une simple maladie de ventre ou de tête, les patients sont obligés de chercher une clinique privée pour se faire consulter pour la simple raison qu’au sein du Gabriel Touré, l’échographie devient actuellement impossible.

Selon  Djimé, ces problèmes sont dus au fait  que les responsables censés faire face à cette situation sont restés insensibles. Ces nombreux problèmes décriés sur tous les toits vont de mal en pis. Car, plus les problèmes s’accumulent plus le directeur Kassim et le département ministériel de la santé se débarrassent de l’affaire. Laissant ainsi les pauvres Maliens privés du peu de soins dont ils bénéficiaient auparavant.

Le  syndicaliste affirme haut et fort que d’importantes propositions ont été pourtant faites dans le cadre de l’offre d’une meilleure qualité de services sanitaires aux Maliens par les membres de la corporation syndicale de cet hôpital au présent Directeur Kassim qui fait de la sourde oreille. D’après Djimé Kanté, les droits des patients sont violés à longueur de journée par les employés du Gabriel Touré qui sont dans la plupart des cas obligés par les médecins ou des personnes bénévoles de faire des dépenses qu’ils ne devraient normalement pas faire.

Le syndicaliste  regrette aussi que les marchés de Bamako soient mieux  organisés aujourd’hui que l’hôpital Gabriel Touré. Ce, compte tenu des marchés de commerce et de vente des médicaments qui se font  par les médecins  qui prescrivent des fausses ordonnances aux patients pour leur soutirer uniquement de l’argent. Bizarrement, ces patients subissent tous ces désagréments de la part du personnel de l’hôpital sans que celui-ci ne puisse s’attendre à un minimum de sanction venant du directeur Kassim qui a été informé de tous ces problèmes par les syndicalistes.

Selon M. Kanté, il y a bien des  formes  d’arnaques  comme par exemple donné un long rendez-vous aux patients , cela pour les obliger à débourser de l’argent, « quand tu dis cela à quelqu’un qui est énormément souffrant, il va être obligé de dépenser pour avoir le rang dans le but d’être uniquement soigné », explique-t-il .

Voici l’image actuelle de l’hôpital Gabriel Touré, bourré de ces pratiques qui sont malheureusement fréquentes.

Aux dires du syndicaliste, l’argent  destiné à la caisse de cette structure est actuellement détourné par les médecins travailleurs. Et le pire, dit-il, est que le peu d’argent économisé dans la caisse est frauduleusement soustrait pour être partagé entre le Directeur et ses complices. À titre d’exemple, indique toujours le syndicaliste, dans un hôpital qui reçoit quotidiennement les patients, le certificat d’encaissement présenté aux syndicalistes par le Directeur KassimSanago et ses complices, montre qu’au sein de l’urgence chirurgicale de l’hôpital Gabriel Touré, durant un mois, l’hôpital a pu encaisser 30 000 F CFA. Or, éclaircit-il, cette urgence chirurgicale peut au moins encaisser en une seule journée le montant d’un million de F CFA. Comme autre exemple de détournement flagrant de l’argent de la caisse de cette structure, dans un lieu où les gens meurent presque tous les jours, le Directeur et ses complices ont présenté le certificat d’encaissement du mois d’octobre et de novembre faisant un état de zéro conservation de corps à la morgue du Gabriel Touré. Or, dit-il, chaque jour que Dieu fait, des gens  meurent. Ainsi, des corps sont conservés à la morgue et l’argentpayé à la caisse est impunément détourné pour  d’autres fins.

À entendre le syndicaliste, ces actes frauduleux ont été non seulement portés  à la connaissance du Directeur Kassim, mais aussi aux responsables du département ministériel en charge de la santé. Mais les syndicalistes n’ont pas eu de suite favorable à leurs doléances. Favorisant ainsi « la cleptomanie », l’encouragement et la promotion des vols ainsi que des détournements patents de la part de l’ensemble des personnes impliquées dans cette situation « de la honte et de la fuite de responsabilité des autorités concernées que sont le Directeur KassimSanogo, ses complices et le département ministériel de la santé ».L’hôpital Gabriel Touré est proche de la faillite.

Mamadou Diarra

Source: Le Pays

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here