Accueil Politique Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération internationale : La grogne...

Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération internationale : La grogne des travailleurs

35
0
PARTAGER

Le Syndicat libre des travailleurs des affaires étrangères (SYLTAE) menace d’aller en grève pour non-respect du protocole d’accord par le gouvernement.

Ça bourdonne au ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale. Les travailleurs fulminent contre la non-application du protocole d’accord signé le 7 décembre 2018 entre le gouvernement et le syndicat.

Sur les points de revendication qui avaient fait l’objet de négociation, l’Etat n’a, à ce jour, mis en application que le premier point qui consiste à la mise en route des agents nommés suivant l’arrêté n°2018-2513/MAECI du 16 juillet 2018.

Les deux autres, à savoir l’introduction du projet de statut du corps diplomatique et consulaire du Mali dans le circuit d’approbation et la relecture du décret n°96-044 P-RM du 8 février 1996 fixant les avantages accordés au personnel administratif et financier des missions diplomatiques et consulaires, et celui n° 05464 P-RM du 17 octobre 2005 fixant les indices de traitement des personnels occupant certains emplois dans les missions diplomatiques et consulaires du Mali, ainsi que leursprimes et indemnités, n’ont, à ce jour, connu aucun début d’application. Malgré l’engagement du gouvernement à mettre en application le protocole d’accord de conciliation dans un délai de trois de mois.

Dans le procès-verbal de conciliation, dont le journal «Le Wagadu» s’est procuré une copie, le gouvernement avait assuré le syndicatqu’il examinera le projet de statut du corps diplomatique et consulaire du Mali dans un délai de trois mois, à compter du 30novembre 2018. En ce qui concerne la relecture des décrets, le gouvernement s’est engagé à faire un examen du projet de texte par les ministères de la fonction publique et celui de l’Economie et des Finances dans un délai de trois mois, à compter du 3 décembre 2018.

Ces textes sont perdus dans le circuit. «Car l’administration du ministère des affaires étrangères ne sait même pas où se situent ces deux textes encore moins le sort qui leur a été réservé», déplore un syndicaliste. Il reproche au gouvernement sa mauvaise foi dans l’application du protocole d’accord qu’il a librement signé.

Rapproché pour en savoir plus, le chargé de communication, Amadou Sankaré, dit ne pas maîtriser les revendications syndicales et demande de se référer au secrétaire général du ministère. Ce qui fut fait. Mais celui-ci n’a pas dédaigné répondre à nos sollicitations.

«Face à cette situation, les travailleurs n’ont d’autre solution que d’aller en grève», regrette une source syndicale qui prévient : «il faut que ça change. On ne va pas demeurer dans le silence».

Abdrahamane Sissoko Source : 

Le Wagadu

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here