Accueil Politique Conférence de presse du Front pour la sauvegarde de la démocratie :...

Conférence de presse du Front pour la sauvegarde de la démocratie : « Pour nous, l’urgence est au dialogue politique national inclusif »

49
0
PARTAGER

Les responsables du Front pour la sauvegarde de la démocratie (FSD) étaient face à la presse, le vendredi 12 avril 2019, à la maison de la presse de Bamako pour expliquer les raisons pour lesquelles, ils ont refusé de rencontrer le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), le 11 avril 2019. « La révision constitutionnelle apparaît, aux yeux de nos interlocuteurs, comme la seule priorité du moment. Ceci est aux antipodes de notre ambition pour le Mali : un Mali debout, réconcilié, sécurisé, uni et solidaire ! C’est pour cette raison que nous avons décliné l’invitation qui nous a été faite de participer à une cérémonie de remise de l’avant-projet de réforme constitutionnelle à Koulouba, le 10 avril 2019. Pour nous, l’urgence est au dialogue politique national inclusif», indiquent les responsables du FSD. Selon eux, le dialogue politique ressemble plus à un jeu de ruse et de malice pour gagner du temps, plutôt que pour affronter la réalité. A les en croire, leur démarche de décrispation du climat politique n’a pas rencontré d’écho. Au cours de cette conférence de presse, les conférenciers ont fait savoir que l’heure est grave car le pays traverse une crise sans précédent de son histoire.

Cette conférence de presse était principalement animée par le chef de file de l’opposition malienne, l’honorable Soumaïla Cissé, en présence des autres responsables du FSD comme Me Mountaga Tall, Choguel Kokalla Maïga, Oumar Hamadoun Dicko, Konimba Sidibé, Me Hassane Barry, Paul I Boro, Mme Diakité Kadidia Fofana, Nouhoum Togo, les responsables du parti Fare comme Souleymane Koné, Mahamadou Keïta et bien d’autres personnalités. Dans ses propos liminaires, le conférencier, Soumaïla Cissé a fait savoir que l’heure est grave. « La détérioration de la sécurité dans le centre du pays est une raison pour nous alarmer. L’ampleur de la violence a atteint des seuils jamais vus dans notre pays. Des villages entiers sont rayés de la carte. Des populations entières sont décimées, y compris des bébés, des femmes enceintes et des vieillards. Des greniers sont incendiés et des animaux abattus. Des populations de villages entiers sont déplacées vers Bamako et environ, sans aucune assistance de l’Etat », a-t-il dit. Selon lui, malgré toutes ces détériorations survenues au cours de l’année 2019, le dialogue politique ressemble plus à un jeu de ruse et de malice pour gagner du temps, plutôt que pour affronter la réalité. « L’heure est grave ! Nous taire aujourd’hui, serait donc une trahison ! Ne pas agir, serait également d’une lâcheté infinie ! Ayant pris la mesure de tous les périls qui assaillent notre nation sur les plans sécuritaire, politique, social et économique, nous avons accepté malgré tout d’ouvrir la porte du dialogue ! Après avoir écouté nos autorités religieuses et coutumières, d’éminentes personnalités de notre pays et de nombreux citoyens ordinaires, après avoir écouté les représentants de la communauté internationale au Mali, après avoir rencontré plusieurs Chefs d’Etat de pays amis du Mali, après avis des militants des Partis et Associations membres du FSD,  nous avons, en toute responsabilité, accepté «la main tendue » pour promouvoir un dialogue républicain de sortie de crise. Nous avons ainsi rencontré, à Koulouba, notre aîné Ibrahim Boubacar Kéita, le 26 février 2019 », a-t-il dit.

9 heures de tête à tête entre IBK et Soumaïla Cissé

Au cours de cette rencontre et des quatre suivantes, dit-il, toutes les menaces sur le Mali ont été clairement identifiées et des solutions proposées. Pour Soumaïla Cissé, la plus urgente était la tenue indispensable d’un dialogue politique national inclusif, pour permettre à tous les Maliens de se parler afin de sauvegarder l’essentiel, aujourd’hui, dangereusement menacé par une crise multidimensionnelle sans précédent. A l’en croire, du début de ses entretiens avec IBK à ce jour, aucune mesure n’a été prise pour rétablir la confiance et apaiser les cœurs et les esprits. Pour preuve, dit-il, les manifestations sont toujours interdites, des citoyens sont toujours en prison pour des motifs politiques, le grand dialogue politique national, tant souhaité par nos compatriotes de tous bords, ne connaît, à ce jour, aucune initiative de mise en œuvre. « En analysant ces différents éléments, il apparaît indéniable que notre démarche sincère, patriotique et volontaire de décrispation du climat politique n’a pas rencontré d’écho, sinon de simples déclarations d’intention à caractère médiatique. Pour nous, l’heure n’est ni aux atermoiements, ni aux petits calculs politiciens ! Nous ne serons jamais complices d’une quelconque impuissance ou indifférence face aux tueries en masse en cours au centre du Mali, face à la détresse des enseignants, des médecins, des magistrats, des cheminots et de toutes les couches sociales de notre pays ! », a déclaré Soumaïla Cissé. En outre, le conférencier a fait savoir que les graves crises sociale et financière au Mali, appellent des décisions politiques fortes, consensuelles et immédiates. « La révision constitutionnelle apparaît, aux yeux de nos interlocuteurs, comme la seule priorité du moment. Ceci est aux antipodes de notre ambition pour le Mali : un Mali debout, réconcilié, sécurisé, uni et solidaire ! C’est pour cette raison que nous avons décliné l’invitation qui nous a été faite de participer à une cérémonie de remise de l’avant-projet de réforme constitutionnelle à Koulouba, le 10 avril 2019. Pour nous, l’urgence est au dialogue politique national inclusif ! C’est ce qui explique notre réponse ferme au comité d’experts. Une réponse claire : pour nous, le préalable est et demeure l’organisation d’un dialogue national inclusif. Un dialogue politique national pour un consensus élargi aboutissant à un accord politique accepté par tous », a indiqué Soumaïla Cissé. Selon lui, le FSD a pris part au rassemblement du 5 avril 2019 sur la place de l’indépendance pour dénoncer la mauvaise gouvernance au Mali. « Nous œuvrerons à la dynamique de sortie de crise. C’est pourquoi, nous entreprendrons toute action nécessaire pour sauver notre pays. Il y va de la survie même du Mali et de l’avenir de nos enfants », a-t-il dit. Répondant aux questions des journalistes, le conférencier Soumaïla Cissé a fait savoir qu’au total, il a eu 9 heures de tête à tête avec le président IBK. Pour lui, il appartenait au président IBK de s’adresser à la nation. Par ailleurs, il a rappelé que le 25 mars dernier, le FSD a fait une déclaration pour demander la démission du premier ministre Soumeylou B Maïga. A ses dires, depuis 2002, les religieux sont sur la scène politique. Mais le plus important, dit-il, c’est qu’ils soient sur le chemin de la vérité. Enfin, compte tenu des difficultés au sein de l’éducation, l’honorable Cissé a souhaité à ce qu’il y ait un forum. Quant à Choguel Kokalla Maïga, il a félicité Mahmoud Dicko d’avoir dénoncé la tentative d’introduction de l’éducation homosexuelle dans le système scolaire par le gouvernement. Selon lui, le discours de dire que les religieux sont sur la scène politique est un discours de diversion. Me Mountaga Tall abonde dans le même sens en disant que les religieux sont des maliens à part entière. Donc, dit-il, ils ont leurs mots à dire. « Nous n’avons jamais dit que la révision constitutionnelle n’est pas une nécessité mais ça doit se faire de manière consensuelle », a-t-il conclu. Pour sa part, Konimba Sidibé a signalé que le FSD est prêt à tout moment à un dialogue crédible. « Mais nous avons le sentiment que le président et le gouvernement ne sont pas sincères dans cette approche. Ils font croire que la décrispation politique est en cours alors que rien n’est en cours. Le Mali est un grand malade et il faut un diagnostic. Ce diagnostic doit se faire par le peuple pour prescrire une ordonnance », a-t-il conclu.

Aguibou Sogodogo

Le Républicain

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here