Accueil / Société / Moussa Timbiné et ses principes de la rue
Moussa Timbiné, Député et Président du BEN-RPM

Moussa Timbiné et ses principes de la rue

Lundi 6 mars 2017. Des nouvelles du premier vice-président de l’Assemblée Nationale nous sont parvenues de Paris. Il y était pour une rencontre d’échange avec les étudiants maliens. Sur place, Timbiné s’adonne à un règlement de compte. Une de ses plus grosses bavures avait suscité la colère des internautes. Il les avait traités de ‘’drogués’’ ; ceux qui sont sur les réseaux sociaux. Journalistes, activistes, blogueurs etc. tout ce beau monde en toute solidarité lui avait rendu la monnaie de son arrogance. Timbiné revient sur le sujet et ose dire qu’il présente ses excuses aux internautes mais qu’il n’a pas ‘’regretté ses propos’’ car ‘’ils visent certains’’. Relayée par RP MEDIAS, la sortie encore ratée du président de la jeunesse du parti au pouvoir, RPM, a choqué plus d’un. Les utilisateurs des réseaux sociaux sont revenus eux aussi à la charge. Propos condamnés suivis de critiques allant jusqu’à traiter l’honorable Timbiné d’écervelé, d’homme de la rue tel un apprenti de SOTRAMA qui porte atteinte à ses passagers à longueur de journée sans tenir compte de la gravité de ses propos.

Ce qualificatif, lors d’une causerie, autour de la question a attiré notre attention. Timbiné ne ressemble pas à un élu mais un homme de la rue. Les principes auxquels il s’accroche le prouvent à suffisance. Un homme politique pèse ses mots, cherche à comprendre son peuple et l’amène toujours sur le chemin qu’il veut de par ses arguments. Mais Timbiné n’a aucun sens de ces règles élémentaires. Emanant de sa part, cela ne doit pas être surprenant. Timbiné est un homme de la rue. Son passage au sein de l’AEEM l’atteste. Dans cette jungle où c’est la loi du plus fort qui s’applique, il a passé un bon moment de son temps comme maître absolu, le Dieu vénéré par certains  jeunes sans capacité de réflexion rationnelle.

Il agissait par instinct, la violence régnait via des armes et le sang coulait. Ses archives sont sombres. Et Dieu faisant les choses, par miracle, son parti remporte les élections au Mali. Dès son entrée en fonction, en tant que député élu de la commune V, Moussa Timbiné est devenu plus orgueilleux. A l’Assemblée Nationale, il se métamorphose, adopte les gestes de Kadhafi et montre comme s’ils ont  conquis  le Mali à bout de canon. Il est virulent, rend négative la gestion des prédécesseurs. L’opposition n’a pas droit à la parole. A chaque fois qu’elle intervient, Timbiné relate son passé qu’il justifie de raisons de nos malheurs tout en oubliant que son parti a toujours été avec les hommes du passé.

Au sein de son parti, RPM et la Convention de la Majorité Présidentielle, Timbiné s’impose, tout le monde a peur de lui.  Et compte tenu de son influence dans la gestion du Mali d’aujourd’hui, il pense que tous les Maliens doivent greloter dès qu’ils entendent son nom. Ce pari, il ne l’a pas gagné. Simple raison de son tempérament d’homme de la rue. Ses principes valident cette thèse. Car au sein de la population malienne, l’homme n’est pas du tout aimé. Et certains se sont aussi donnés pour mission républicaine à étaler sur la place publique, partout où ils passent, ses déboires par-delà ceux de sa famille politique.

Qu’il ne veuille ou pas, son parcours a une partie sombre : la machette, la violence et d’ailleurs c’est à cause de cette particularité qu’IBK lui a sollicité pour faire chemin ensemble, car IBK n’a peur que de eux personnes au monde : l’homme aux vers faciles et celui qui s’exprime par les armes.

Boubacar Yalkoué

 

Source: Le Pays

Voir aussi

Dialloubé : six hommes armés braquent trois véhicules de transport à Saba

Share this on WhatsApp  Trois véhicules de transport en partance pour Mopti ont été braqués …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *