Accueil / Société / Tribunal de première instance de la commune V : Une vingtaine de divorces prononcés chaque semaine
Tribunal de première instance de la commune V : Une vingtaine de divorces prononcés chaque semaine

Tribunal de première instance de la commune V : Une vingtaine de divorces prononcés chaque semaine

Tribunal première instance commune V  vingtaine divorces prononcés chaque semaine

Décidément, à quoi sert-il de se marier aujourd’hui ? La question est sur toutes les lèvres, notamment dans les milieux des jeunes. La raison est très simple : le phénomène de divorce ne cesse de prendre de l’ampleur. En d’autres termes, le phénomène est aujourd’hui très inquiétant à tel point que les juges qui prononcent les divorces ont très peur. Un seul exemple: une chambre du tribunal de première instance de la Commune V avait 27 dossiers de cas de divorce programmés pour le mercredi dernier, alors qu’il existe deux chambres. Si on se permet de faire un petit calcul, on peut se retrouver à 1 296 divorces par an, soit 108 par mois, rien que pour une chambre. C’est dire que le phénomène est plus qu’inquiétant.

En tout cas, la plupart de ces cas de divorce surviennent à la demande des femmes. Pour cela, elles trouvent toujours des moyens et des arguments souvent moins convaincants: défaut d’entretien, violence physique, éjaculation précoce de leur époux ou encore refus d’accomplir ses obligations. Selon nos informations, les cas de divorce les plus fréquents aujourd’hui concernent généralement des Maliens vivant à l’extérieur. “Auparavant, les femmes ne posaient pas assez de problème quel que soit le temps que leurs époux passaient à l’extérieur. Malheureusement, aujourd’hui les choses ont changé. Elles ne peuvent plus attendre leurs maris. Une année, deux ans, elles commencent à se plaindre. Finalement, elles demandent le divorce” nous a précisé un magistrat.

Tribunal première instance commune V  vingtaine divorces prononcés chaque semaine

A.B. HAÏDARA

Source: Aujourd’hui-Mali

Voir aussi

Graves violations des droits de la personne impliquant les forces militaires maliennes à Kobata et à Nankata dans la région de Mopti : Le Canada veut l’ouverture rapide d’une enquête officielle, et en toute transparence

Share this on WhatsApp  Ce n’est pas faute d’avoir nié dans un premier temps, que …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *