Accueil / Education / Front social : La grève des enseignants de l’enseignement secondaire, fondamental, de l’éducation préscolaire et spéciale hypothèque –t- elle l’avenir des enfants ?

Front social : La grève des enseignants de l’enseignement secondaire, fondamental, de l’éducation préscolaire et spéciale hypothèque –t- elle l’avenir des enfants ?

Front social grève enseignants l’enseignement secondaire fondamental l’éducation préscolaire spéciale hypothèque l’avenir enfants

 

S’il y a une préoccupation majeure aujourd’hui pour  les parents d’élèves, c’est bel et bien la fermeture des écoles publiques  pour motif de grève des syndicats signataires du 15 octobre 2016. Les élèves n’ont pas  encore repris le chemin de l’école. L’année scolaire 2017-2018 est menacée. Ne s’achemine-t-on  pas  vers une année blanche si les choses en restent là ?  L’école malienne est malade des grèves répétitives des enseignants, des élèves, de la mauvaise formation des enfants, leur  faible niveau, avec des programmes académiques qui restent toujours inachevés,  la non maîtrise des nouveaux programmes du système éducatif par certains encadreurs, la non motivation des enseignants, la corruption, le népotisme, le favoritisme et le clientélisme. Le grand fautif dans tout ça ? Est-ce l’Etat  seul qui ne s’assume pas vis-à-vis de ses partenaires sociaux ? L’Etat  qui n’honore pas ses engagements ? Assurément pas. Il faut le dire, il y a trop de syndicats et l’excès de syndicalisme tue l’Etat et n’encourage pas à la formation et à l’élévation des niveaux des formateurs. S’il faut au nom du syndicalisme loger à la même enseigne des instituteurs chevronnés et des enseignants par défaut en manque de pédagogie. Ce n’est pas équitable. Dans un pays voisin, les autorités ont cru bon d’interdire de grève, certains corps dits vitaux. Certes, il y a comme une part d’abus d’autorité, mais il y a aussi que le manque de patriotisme  de certains syndiqués est comme un abus du droit de se syndiquer. Il faut alors trouver le juste milieu des choses.   Ce qui est  faisable, il faut le dire et le  faire. Mais,  ce qui ne l’est pas, il ne faut ni le dire, ni le promettre. L’autorité de l’Etat est continuellement affaiblie par des grèves à répétition et de toutes parts. Voilà que l’école malienne est paralysée la raison est connue de  tous.

Le système éducatif malien est décrié par la faute de tous les partenaires.

Le nouveau ministre, enseignant lui-même peut-il relever les défis ?

Koladji Diallo

Front social grève enseignants l’enseignement secondaire fondamental l’éducation préscolaire spéciale hypothèque l’avenir enfants

 

Source :Mali Sadio

Voir aussi

Clin d’œil: Soumaïla Cissé n’est pas un monstre, il est plutôt un patron

Share this on WhatsAppClin d’œil Soumaïla Cissé monstre plutôt patron   Il est de coutume …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *