Accueil Opinions En un mot : Liberté bâillonnée ?

En un mot : Liberté bâillonnée ?

13
0
PARTAGER
Dramane-Aliou-Kone-L'Indicateur-du-Renouveau.
En un mot Liberté bâillonnée

 

Dans le classement annuel de l’organisation Reporters sans frontière (RSF), rendu public le mercredi 25 avril consacré sur la liberté de la presse en  2017 le Mali figure à la 115e place sur 180 pays. Théoriquement, on peut constater que notre pays a avancé d’une place, de la 116e en 2016 à la 115e place en 2017. Si on peut se réjouir de la réduction des agressions à l’encontre des acteurs de médias, il faut tout de même reconnaitre que la liberté de la presse demeure fragile au Mali.

Il apparait clairement que l’indépendance des hommes de médias est constamment mise à rude épreuve par les pouvoirs publics. Une telle analyse sonne comme une alerte surtout dans une année marquée par des élections générales. Une année électorale propice à toutes les tensions et menaces avec des journalistes comme boucs émissaires. Dès lors, il s’avère important, pour les tenants des pouvoirs publics, de faire de la préservation de la liberté de presse une réelle préoccupation. Et aux acteurs des médias de faire preuve de responsabilité dans le traitement des sujets sensibles.

DAK

En un mot Liberté bâillonnée

 

Source : L’Indicateur Du Renouveau

Dans le classement annuel de l’organisation Reporters sans frontière (RSF), rendu public le mercredi 25 avril consacré sur la liberté de la presse en  2017 le Mali figure à la 115e place sur 180 pays. Théoriquement, on peut constater que notre pays a avancé d’une place, de la 116e en 2016 à la 115e place en 2017. Si on peut se réjouir de la réduction des agressions à l’encontre des acteurs de médias, il faut tout de même reconnaitre que la liberté de la presse demeure fragile au Mali.

Il apparait clairement que l’indépendance des hommes de médias est constamment mise à rude épreuve par les pouvoirs publics. Une telle analyse sonne comme une alerte surtout dans une année marquée par des élections générales. Une année électorale propice à toutes les tensions et menaces avec des journalistes comme boucs émissaires. Dès lors, il s’avère important, pour les tenants des pouvoirs publics, de faire de la préservation de la liberté de presse une réelle préoccupation. Et aux acteurs des médias de faire preuve de responsabilité dans le traitement des sujets sensibles.

DAK

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here