Accueil Le Monde Cesare Battisti arrivé à Rome et remis à la justice italienne

Cesare Battisti arrivé à Rome et remis à la justice italienne

93
0
PARTAGER
Cesare Battisti sortant de son avion qui l'a ramené en Italie, le 14 janvier 2019. Alberto Pizzoli, AFP

L’avion de Cesare Battisti, arrêté samedi en Bolivie, a atterri lundi matin à Rome. L’ancien militant d’extrême gauche a été condamné pour assassinats en Italie et avait pendant 37 ans échappé à la justice de son pays.

Cesare Battisti est bien arrivé sur le sol italien. L’avion de ex-activiste d’extrême gauche, condamné pour sa participation à quatre meurtres et expulsé dimanche de Bolivie, a atteri comme prévu lundi 14 janvier en Italie. Battisti doit purger une peine de réclusion à perpétuité, après des décennies de cavale.

Terroriste

L’homme est arrivé à 11 h 36 (10 h 36 GMT) à l’aéroport romain de Fiumicino, où l’attendaient les ministres de l’Intérieur, Matteo Salvini, et de la Justice, Alfonso Bonafede, sous les objectifs d’une centaine de journalistes.

Ancien militant d’un groupe d’extrême gauche classé comme terroriste par la justice italienne, les Prolétaires armés pour le communisme, l’intéressé affirme être innocent de ces meurtres et a vécu exilé au Brésil depuis 2004, après avoir passé près de 15 ans en France.

Au terme d’un séjour en prison et d’un long processus judiciaire pour l’extrader, le président de gauche Luiz Inacio Lula da Silva (2003-2011) avait décidé en 2010 de ne pas livrer le fugitif à l’Italie.

« Le Brésil n’est plus une terre de bandits »

Les principaux médias brésiliens ont indiqué que Battisti a été intercepté dans la ville bolivienne de Santa Cruz de la Sierra, en citant des sources de la police fédérale brésilienne.

« Battisti est détenu ! La démocratie est plus forte que le terrorisme », a tweeté de son côté Antonio Bernardini, ambassadeur d’Italie au Brésil.

Le fils du nouveau président brésilien, le député Eduardo Bolsonaro, a quant à lui écrit sur le même réseau social, en italien avec une photo de Battisti : « Le Brésil n’est plus une terre de bandits. Matteo Salvini [ministre de l’Intérieur italien, NDLR], le ‘petit cadeau’ va arriver ».

Avec AFP


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here